Il y a 5 ans : Microsoft précisait sa stratégie Longhorn

Toutes les semaines, retour sur un événement marquant de l'actualité de l'industrie informatique & télécoms d'il y a 5 ans.

Jusqu'alors, les évolutions apportées par le futur Longhorn (qui sera rebaptisé ensuite Windows Vista) restaient difficilement perceptibles. Très discrets sur le sujet, les responsables de Microsoft n'avaient laissé filtrer que très peu d'informations.

Au centre des changements annoncés figuraient la volonté de faire entrer Windows dans l'univers des offres modulaires. Cette orientation représenterait un véritable virage stratégique pour Microsoft. Diffusé jusqu'alors sous forme de logiciels packagés déclinés selon diverses cibles (les professionnels et le grand public) et zones géographiques, son système d'exploitation devait s'articuler dès lors autour d'une série de composants le rendant adaptable à loisir en fonction du marché à adresser.

Une bibliothèque qui devait s'appuyer principalement sur deux types d'interfaces : la première (MUI) pour traduire dynamiquement l'application dans la langue choisie, la seconde (CMI) pour l'adapter au terminal utilisé (PC, PocketPC, etc.) - notamment en termes fonctionnels.

"A la différence des moutures précédentes, ce dispositif permet à Longhorn de s'adosser à un socle unique, destiné à la fois aux constructeurs de PC et aux distributeurs de logiciels", commentait-on chez Microsoft. "Cette évolution contribuera notamment à simplifier le processus de développement de l'OS, ainsi que la mise au point de correctifs par la suite."

Autre annonce : l'apparition d'un nouveau système de fichiers reposant sur une logique proche de celle d'une base de données relationnelle. Une brique (baptisée Win FS) qui devait notamment avoir des répercussions sur l'outil de recherche et de classification de fichiers de l'OS. Une évolution qui avait finalement été abandonnée dans la version finale. Win FS ayant été jugé trop lent et pas du tout prêt.

 

Et aussi, du 3 juin au 10 juin 2003

Microsoft verse 750 millions de dollars à AOL Time Warner

Microsoft accepte de payer 750 millions de dollars à AOL Time Warner pour mettre fin à leur bataille juridique. Rappelons qu'AOL détient Netscape, jadis grand concurrent d'Internet Explorer. Aujourd'hui, les deux sociétés entendent travailler ensemble, Microsoft s'étant notamment engagé à fournir une licence d'utilisation gratuite de son navigateur à AOL. Par ailleurs, les messageries instantanées des deux acteurs deviendront interopérables.

OPE de Palm sur Handspring

Palm lance sur son concurrent Handspring une OPE (offre publique d'échange) avec une parité de 0,09 action Palm pour chaque action Handspring. A l'issue de ce rapprochement, les actionnaires de Palm contrôleront 67,8% environ de l'ensemble. Les suppressions d'emplois concerneront 125 personnes. Enfin, le fabricant se sépare en parallèle de sa filiale PalmSource, qui développe le système d'exploitation des assistants personnels Palm.

DO Labs lève 7,3 millions d'euros

Editeur d'outils d'optimisation d'images numériques, DO Labs conclut un premier tour de table. A hauteur de 7,3 millions d'euros, cette levée de fonds a été notamment réalisée auprès de Thalès Corporate venture, Société Générale Asset Management, SPEF (groupe Banques Populaires) et du Crédit Lyonnais Private Equity.

5 ans après