Avis des managers : quel avenir pour MySQL ? Khaled Ben Driss (Oxia) : "L'objectif d'Oracle est de nous faire revivre l'ère du mainframe"

khaled ben driss (oxia)
Khaled Ben Driss (Oxia) © Journal du Net

Dans l'acquisition de Sun par Oracle, MySQL a été un élément collatéral, devenu, entre temps, une affaire politique du point de vue de l'Europe. En coupant l'herbe sous les pieds d'IBM, et en maitrisant toute la chaine de l'IT, l'objectif d'Oracle est de nous faire revivre l'ère du mainframe.

Oracle proposera des solutions de gestion de données (matériel optimisé pour les base de donnés, logiciels, virtualisation, mémoire rapide) et non plus simplement un logiciel de base de données (SGBDR).

Ainsi, pour ne pas endosser le rôle du méchant, dans l'immédiat, Oracle ne va pas arrêter MySQL en tant que SGBDR. Elle n'a aucun intérêt de lâcher MySQL dans la nature pour une hypothétique communauté. Je pense qu'elle va mettre la version GPL de MySQL sous perfusion et la maintenir dans un rythme de développement ralenti. Ainsi, elle ne laissera pas le champ libre à PostgreSQL, et pourra contrer Microsoft sur les offres dentrée de gamme (base données pour des sites Web, environnements de développement).

"Maintenir MySQL dans un rythme de développement ralenti"

Oracle favorisera la version d'entreprise (modèle Freemium) et continuera à engranger des revenus de support avec les clients actuels et des contrats OEM. Dans un proche avenir la version MySQL Entreprise risque d"évoluer beaucoup plus rapidement que la version GPL.

Oracle déploiera sa force commerciale pour convertir les clients de MySQL (MySQL revendique 12 millions d'installations dans le monde), vers ses propres solutions.

D'autre part, il est probable qu'Oracle va bloquer le développement de MySQL dans d'autres offres complémentaires aux SGBD, comme le Business Intelligence (MySQL Data Warehouse) un domaine en plein croissance.

Base de données / MySQL