Bonnes feuilles : la biographie de Richard Stallman Le discours anti-Microsoft (2001)

Le discours porte sur l'histoire et l'avenir du mouvement pour le logiciel
libre. L'endroit où il est prononcé est significatif. Moins d'un mois auparavant, le 3 mai 2001, le vice-président de Microsoft, Craig Mundie prononçait dans un lieu tout proche, la Stern School of Business de l'université de New York, un discours dénonçant la GPL, dispositif juridique conçu par Stallman seize ans auparavant.

[...] Au départ, l'allocution de Stallman est plus proche d'un numéro comique de Catskills que d'un discours politique. "J'aimerais remercier Microsoft de m'avoir donné l'opportunité d'être présent sur cette estrade, ironise-t-il. Depuis ces dernières semaines, je me suis senti comme un auteur dont les livres ont été fortuitement interdits quelque part."

Pour les néophytes, Stallman se lance, en guise d'échauffement, dans une rapide analogie. Il compare un logiciel à une recette de cuisine : les deux donnent d'utiles instructions, pas à pas, pour accomplir une tâche souhaitée. Ils peuvent être aisément modifiés en fonction des désirs spécifiques de l'usager, ou de circonstances particulières. "Vous n'avez pas à suivre une recette avec précision, note Stallman. Vous pouvez laisser de côté certains ingrédients. Ajouter quelques champignons parce que vous en raffolez. Mettre moins de sel car votre médecin vous le conseille ? Peu importe."

"De surcroît, poursuit-il, logiciels et recettes sont faciles à partager. En donnant une recette à un invité, un cuisinier n'y perd que du temps et le coût du papier sur lequel il l'inscrit. Partager un logiciel nécessite encore moins, habituellement quelques clics de souris et un minimum d'électricité. Dans tous les cas, la personne qui donne l'information y gagne deux choses : davantage d'amitié et la possibilité de récupérer en retour d'autres recettes intéressantes."

Stallman monte d'un cran : "Imaginez que les recettes soient emballées dans des boîtes noires. Vous ne pourriez pas connaître les ingrédients utilisés, encore moins les changer. Et si vous en faisiez une copie pour un ami, ils vous qualifieraient de pirate et essaieraient de vous faire emprisonner des années durant. Un tel changement susciterait un énorme scandale chez les gens ayant l'habitude de partager des recettes. Mais c'est exactement ce que nous impose le monde du logiciel propriétaire. Un monde dans lequel la bienséance commune envers les autres est prohibée ou empêchée."

Après avoir posé cette analogie en introduction, Stallman se lance une nouvelle fois dans le récit de l'épisode de l'imprimante laser Xerox. À l'instar de l'analogie culinaire, l'histoire de l'imprimante est un procédé rhétorique fort utile. Structurée comme une parabole, elle illustre la volatilité des choses dans le monde du logiciel. L'auditoire, ramené à une ère antérieure à celle d'Amazon.com-achetez-en-unclic, de Microsoft Windows et des bases de données Oracle, doit reconsidérer la notion de propriété logicielle sans les principaux logos corporatifs qui l'ornent alors. 


Extrait sous licence GNU FDL v. 1.3

Copyright : Richard Stallman, Sam Williams, Christophe Masutti
"Richard Stallman et la révolution du logiciel libre - Une biographie autorisée"
Eyrolles, Collection Accès Libre / Framabook (Framasoft), 21 janvier 2010

Open source