François Mazon (Steria) : "Les pure players indiens sont des concurrents sur des sujets nécessitant peu de connaissance"

Le directeur général de Steria France a répondu aux questions des lecteurs. Infogérance, internationalisation du marché, concurrence de l'Inde, bourse... Tous les sujets ont été abordés.

Quel est le secteur d'activité de Steria ?

La mission de Steria est d'aider les entreprises à améliorer leur performance en s'appuyant sur leurs systèmes informatiques. Soit Conseil, Intégration de systèmes, outsourcing et BPO.

Pourquoi avoir racheté Xansa ?

Pour 3 raisons principales : augmenter notre présence en Angleterre (le 1er marché européen), acquérir une position forte en Inde (5000 personnes) et développer le BPO en s'appuyant sur l'expérience Xansa.

L'international est-il une composante obligatoire pour une SSII française?

Pour travailler avec de grandes entreprises et apporter à la fois des coûts compétitifs et une forte expérience accumulée auprès d'autres entreprise hors France, ce qui est la stratégie de Steria, oui !

Craignez vous la concurrence des pure players indiens à l'échelle internationale ?

Les pure players indiens sont de forts concurrents sur des sujets nécessitant peu de connaissance et d'intimité client, moins quand cela est nécessaire.

Inde, Pologne, Maroc, quels sont les prochaines destinations de l'offshore ?

Pour Steria, nous considérons que ces 3 destinations nous permettent de parfaitement couvrir l'ensemble de nos besoins. Nous ne chercherons pas d'autres destinations avant d'avoir bien utilisé ces 3.

Etes-vous engagé à l'international sur des projets biométriques ? La pénétration de ces technologies à l'étranger est-elle plus aisée qu'en France ?

Steria a une forte expérience en biométrie en particulier en Norvège où nous avons développé des solutions très performantes. Par ailleurs, nous avons des projets en Belgique et en France.

L'utilisation de la biométrie est plus contrôlée en France pour protéger les données personnelles (rôle de la CNIL en particulier).

Steria a un contrat sur les machines de vote électroniques en Belgique. Quel est votre point de vue personnel sur le vote électronique ? Pensez vous que ce soit une avancée positive pour la démocratie ?

Je pense que tout ce qui peut permettre de plus et mieux consulter les citoyens notamment en s'appuyant sur ce type de solutions, est une avancée pour la démocratie.

mazon2
"En France, nous avons décidé de plus focaliser notre développement" © Marie Bruggeman / Journal du Net

A périmètre constant, votre résultat pour le premier trimestre 2008 baisse de 0.3%. Que comptez vous faire pour retrouver de la croissance ?

En France, nous avons décidé de plus focaliser notre développement pour nous positionner sur des segments plus différenciant et à plus forts potentiels, en sortant de certains marchés à faible valeur, ce qui explique l'évolution de notre CA en Q1. C'est cette même stratégie qui nous permettra d'accélérer notre croissance dans les prochains trimestres.

75% du capital de Steria est flottant. Est-ce pour vous un problème ? Qu'est ce qui empêche un Centorus ou un Pardus de prendre le contrôle de Steria comme cela est le cas avec Atos ?

Nous avons choisi d'être côté en Bourse en acceptant un flottant important. La meilleure protection c'est la qualité de notre stratégie, de nos résultats et de l'adhésion de nos salariés qui sont les premiers actionnaires de Steria.

Qui sont vos clients ?

Nous nous focalisons sur les grandes entreprises et administrations françaises (France Télécom, SNCF, Ministère des Finances, EDF, Banque de France, Airbus,...), parce que ces clients ont souvent les projets les plus intéressants et innovants.

Quels profils recrutez vous chez Steria ?

Nous avons l'objectif de recruter 1700 personnes en 2008. Principalement en Etudes et développement (nouvelles technologies, SAP, Oracle,...), mais aussi Direction de projet, architecture, consultants sectoriels, Vente et avant vente.

Subissez vous la fuite de vos consultants chez vos clients ? Si oui, que faites vous pour les retenir ?

Notre taux de turnover est de l'ordre de 17% (différent selon métiers et géographies). La fidélisation passe essentiellement par l'intérêt des missions, la formation (nous investissons beaucoup), et la progression rapide de carrière.

Avez-vous pris des mesures en faveur du travail des seniors ?

Nous n'avons pas de mesures spécifiques mais nous cherchons à garder nos collaborateurs les plus expérimentés et nous continuons à recruter des seniors en particulier sur des sujets d'expertise.

En août 2005, vous proposiez aux salariés de Steria de bloguer avec vous. Quels sont aujourd'hui les résultats de cette expérience ? Continuez vous à le faire ?

J'ai arrêté l'expérience au bout d'un an. C'était très vivace au début, mais ça s'est essoufflé progressivement. J'avais du mal à garder le rythme (j'écrivais tout!). On a depuis lancé des chats qui marchent très bien.

mazon3
"Pas de grève chez Steria. Nous avons un dialogue continu avec nos partenaires sociaux notamment sur les rémunérations". © Marie Bruggeman / Journal du Net

Des préavis de grève ont été déposés dans plusieurs grandes SSII, comme EDS et Capgemini, notamment pour demander des hausses de salaires. Pas de mouvements sociaux chez vous ?

Pas de grève chez Steria. Nous avons un dialogue continu avec nos partenaires sociaux notamment sur les rémunérations. Nous attachons beaucoup d'importance à ce dialogue même si nous ne sommes pas d'accord sur tout.

Qu'apporte le nearshore que n'apporte pas l'offshore ?

Le nearshore est au Maroc pour Steria. Il nous apporte une proximité géographique, culturelle et linguistique.

Privilégiez-vous la création d'une filiale ou bien l'acquisition d'un acteur existant pour vous implanter dans un pays?

Nous privilégions un démarrage par création d'entité puis si nécessaire pour accélérer notre croissance, une acquisition.

Vous avez créé une Joint Venture dans l'offshoring avec FinanceCom. Pourquoi un tel deal ? Quels sont les avantages d'une joint venture ?

Nous nous sommes associés avec Financecom qui est le 2ème groupe privé marocain pour accélérer notre développement au Maroc (nous avons déjà une entité à Rabat) à la fois sur la marché local et sur le nearshore. Financecom nous renforce notre capacité à recruter et à vendre.

Trouvez vous que le marché des PME est porteur, ou bien ces structures sont elles trop petites pour être de vos clientes ?

C'est un marché intéressant mais nous avons fait le choix de nous focaliser sur les grandes entreprises et nous avons construit notre modèle d'offres et de vente en conséquence, qui est moins adapté à celui des PME.

Quels types d'opportunités (acquisitions) envisagez vous aujourd'hui? Taille et région?

Nous venons de faire une très grosse acquisition (Xansa, 9000 personnes dont 5000 en Inde). Notre priorité est de tirer le meilleur parti de cette formidable acquisition avant d'envisager de grosses acquisitions à court terme.

Qui sont vos concurrents ?

Compte tenu de notre focalisation grands comptes/projets de transformation en Europe, nos principaux concurrents sont les leaders de ce marché (IBM, Accenture, HP, Capgemini, Atos, Logica, Sopra,..).

Est il vrai que 75% de vos ressources sont en Inde ? Quel type de travail Steria pratique t il en Inde ?

Non, nous avons 25% de nos ressources en Inde (ce qui est déjà le plus fort taux des sociétés européennes!). Nous faisons principalement du développement applicatif (J2E, SAP, Oracle,...), du Test et de la Maintenance applicative, mais aussi du BPO (Finance, RH, sectoriels,...).

Est-ce que l'entrée en application du nouveau contrat de mission changera quelque chose pour le personnel en SSII ? Et du côté employeur ?

Nous ne raisonnons pas en mission. Nous embauchons nos collaborateurs pour un projet professionnel long terme fait de missions différentes qui permettent un parcours varié et enrichissant.

Le Centre d'Excellence Java Agile Development, au Luxembourg, qu'est ce que c'est ?

Un centre de développement d'environ 50 Personnes à terme pour réaliser pour les clients du Groupe en Europe des projets de développement centrés J2EE. La spécialisation de ce centre doit en faire un modèle de productivité et de qualité pour nos clients.

Pensez-vous que la Chine puisse présenter des opportunités pour les SSII en général et pour Steria en particulier ?

La Chine est un marché à très fort potentiel en particulier sur son marché local. Steria a déjà réalisé des projets en Chine, en particulier pour l'aéroport de Canton. Nous nous focalisons sur les projets d'infrastructure en nous appuyant sur nos offres dans le secteur du Transport (Gestion de trafic routier, Gestion d'aéroport, ...).

Est-ce que vous trouvez que le gouvernement français en fait assez pour aider les SSII françaises ? L'informatique est souvent loin de leur préoccupation... quand ils savent de quoi il s'agit.

Peut faire mieux...mais il y a de plus en plus d'opportunités pour les SSII françaises pour déployer leur savoir faire. Steria est fortement impliqué dans beaucoup de projets passionnants comme la Télé déclaration de l'impôt ou la refonte de la comptabilité de l'Etat (Projet Chorus).

Est-ce que vous intervenez sur des projets RFID dans les aéroports ? Que ce soit pour des compagnies aériennes ou les aéroports eux mêmes

Oui. Steria a notamment réalisé un très beau projet utilisant le RFID pour optimiser le temps d'attente des taxis dans les aéroports (projet qui a reçu un prix Mobilité). Il a été mis en place à CDG puis exporté notamment en Angleterre. Cela illustre bien l'importance de l'Innovation chez Steria. Une de nos différences dont nous sommes le plus fiers!

PME / Joint venture