Affaire HP : non-lieu pour Patricia Dunn

L'ancienne présidente du conseil d'administration de HP a été relaxée dans le procès pour espionnage d'administrateurs de la société et de journalistes. Elle comparaissait avec trois autres accusés, dont deux détectives privés. C'est elle qui les avait recrutés pour enquêter sur des fuites issues du conseil d'administration du groupe. Selon le tribunal californien, elle n'aurait pas maîtrisé leurs dérapages, les deux détectives privés ayant utilisé des méthodes d'investigation illégales. Le fait que l'ex-dirigeante du constructeur soit atteinte d'un cancer a également pu jouer en sa faveur.

Juridique / HP