Le Google Phone autorisé aux Etats-Unis

HTC sera le constructeur de cette machine, qui devrait être distribuée aux Etats-Unis par T-Mobile. La FCC vient quant à elle de donner son accord pour la distribution de ce qui pourrait être l'un des conccurents de l'iPhone.

La Google Phone, aussi appelé Dream ou DREA100, vient de recevoir les autorisations de la FCC (Federal Communications Commission), le régulateur américain des télécoms, pour être distribué sur le marché américain.

T-Mobile USA, la filiale américaine de Deutsche Telekom, devrait être le premier opérateur à proposer ce téléphone portable basé sur le système d'exploitation Android de Google. T-Mobile est le quatrième opérateur aux Etats-Unis, et est avec Sprint, son rival, membre de l'Open Handset Alliance, le consortium en charge de la promotion et du développement d'Android.

Le combiné quant à lui sera conçu et fabriqué par High Tech Computer (HTC). La distribution de l'appareil devrait s'effectuer avant la fin de l'année aux Etats-Unis, peut-être dès le mois d'octobre. Selon le New York Times.

T-Mobile étant le distributeur exclusif de l'iPhone en Allemagne, de l'aveu même d'un cadre de l'entreprise, les relations avec Apple se sont un peu " compliquées " suite à l'annonce du partenariat avec Google.

"Les relations avec Apple se sont un peu "compliquées" suite à l'annonce du partenariat avec Google"

Car il semble de plus en plus clair que les premiers téléphones équipés du système d'exploitation Google se trouveront en concurrence directe avec les smartphones de type iPhone et Blackberry. Le choix de confier la réalisation du téléphone au taïwanais HTC, déjà très présent sur ce secteur, est en ce sens significatif.

HTC serait par ailleurs le grand gagnant de la compétition qui l'oppose à Samsung, LG et Motorola au sein de l'Open Handset Alliance.

Ce nouveau téléphone serait équipé d'un clavier qwerty complet et d'un écran tactile. Il sera compatible WiFi b / g, et supportera la connectivité sans fil Bluetooth 2.0. Par ailleurs, le Push mail ne serait supportée que par GMail, et rien n'a été dévoilé au sujet de la prise en charge éventuelle de Microsoft Exchange, un système pourtant très développé dans les entreprises.

Autre détail de fonctionnement, au moment de l'achat, les clients pourraient choisir de recevoir de la publicité pour pouvoir acheter le téléphone moins cher ou réduire le montant de leur forfait.

Google Android enfin devrait comporter de nombreuses applications développées par des informaticiens du monde entier. Google a incité ces derniers à créer des outils en ouvrant le code de son produit et en proposant un prix de 10 millions de dollars. Cette initiative fait écho à celle de Apple, qui par l'intermédiaire de son portail App Store permet de faire fonctionner des logiciels eux aussi conçus par des programmeurs indépendants.

Etats-Unis / Google