Verizon Wireless s'offre Alltel pour 28,1 milliards de dollars

Les deux opérateurs télécommunications mobiles fusionnent et donnent naissance au numéro un sur le marché américain. AT&T et Sprint n'ont qu'à bien se tenir.

C'est la naissance d'un nouveau poids lourd du marché des télécommunications. Verizon Wireless, deuxième opérateur de téléphonie mobile aux Etats-Unis, vient d'annoncer son intention de racheter Alltel pour 5,9 milliards de dollars en numéraire, et à reprendre la totalité des dettes de la société soit 22,1 milliards de dollars, pour un total de 28,1 milliards de dollars donc.

Une transaction énorme, dont Verizon Wireless attend beaucoup : l'opérateur estime à 9 milliards de dollars les synergies possibles après ce rachat, et 1 milliard supplémentaire après deux ans. Cette opération le fait basculer vers la position de premier opérateur mobile aux Etats-Unis avec 80 millions de clients, grâce aux 13 millions de clients supplémentaires d'Alltel. Il passe donc devant AT&T et ses 71,4 millions de clients.

L'autre atout d'Alltel concerne son maillage réseau en technologie CDMA, également choisie par Verizon Wireless. La fusion apparaît donc comme logique et rapide, contrairement à des opérateurs comme Vodafone et AT&T qui utilisent la technologie GSM. Cependant, le défaut du CDMA vient du fait que cette norme n'est utilisée ni en Europe, ni en Asie, ce qui rend plus difficile pour Verizon Wireless des acquisitions d'acteurs internationaux.

Mais les deux acteurs réunis visent désormais plus haut, et annoncent une migration de leur plate-forme réseau vers les standards de téléphonie 4G, et les technologies LTE. Cette migration réseau qui devrait être terminée d'ici 3 à 5 ans devrait permettre aux deux acteurs d'unifier leurs réseaux et d'obtenir ces fameuses synergies tant recherchées. Pour les clients, le roaming (passage d'un réseau d'opérateur à un autre), sera facilitée par cette technologie.

En avance sur ses concurrents d'un point de vue technologique et du point de vue des parts de marché, Verizon Wireless n'est cependant pas tranquille. Il va lui falloir pour commencer rentabiliser son investissement en arrivant à équilibrer les comptes d'Alltel. Les coûts d'intégration sont estimés entre 1,1 et 1,2 milliard de dollars la première année et entre 500 et 600 millions de dollars la deuxième année.

Des coûts d'intégration estimés à 1,6 ou 1,8 milliard de dollars sur 2 ans

D'après l'opérateur, ce rachat sera toutefois positif en termes de trésorerie et de résultat net dès la première année. Pourtant, suite à cette annonce, l'agence d'évaluation financière Fitch Ratings a prévenu qu'elle envisageait d'abaisser la note de Verizon. La dette de Verizon, incluant donc celle d'Alltel, fait peur aux cabinets financiers.

Le rachat d'Alltel par Verizon Wireless n'est cependant pas une surprise. En 2007, le groupe avait déjà essayé de mettre la main sur l'opérateur, sans succès. Il s'était alors fait souffler l'affaire par les fonds privés TPG et GS Capital pour un peu plus de 27 milliards de dollars.

Coté client, ce rachat s'avère cependant moins prometteur. Il crée une situation de duopole fort, où AT&T et Verizon Wireless disposent de près de 150 millions de clients, sur un marché total qui en compte 260 millions. Sprint, troisième opérateur du marché, se trouve actuellement en situation de faiblesse, et pourrait bien aussi jeter l'éponge et se vendre au plus offrant.

Ce rachat devrait être finalisé d'ici la fin de l'année 2008, après validation par les autorités de régulation des marchés. Verizon Wireless, est détenu à 55% par sa maison mère Verizon Communications, et à 45% par l'opérateur anglais Vodafone.

Autour du même sujet