Les clés pour comprendre le Cloud Computing privé Cloud Computing privé et Open Source

Lancée en 2008, Cloudera commercialise une solution Open Source conçue pour bâtir des plates-formes de Cloud privées (ou publiques) adaptées aux applications de calcul. Elle repose sur le framework Java Apache Hadoop. Cloudera a levé 36 millions de dollars au total. Depuis quelques mois, elle multiplie les partenariats. Il faut dire que l'infrastructure Hadoop est le fruit d'un développement commun de plusieurs géants sur Web, au premier rang desquels Yahoo!, Facebook et Google. Tous l'exploitent sur leur propre serveur - notamment pour réaliser des traitements de logs.  

 

Une myriade de technologies de Cloud Open Source


Destiné aux entreprises pour leur permettre de concevoir leurs propres services en Cloud privé, aussi bien en interne qu'en externe, OpenStack a bénéficié en octobre d'une importante mise à jour (Austin). Son API permettra soit une connexion statique via de vraies adresses IP ou via des adresses IP privées à l'intérieur d'un subnet dédié, sachant que son code source est désormais sous licence Apache 2.0.

OVH a déployé un Cloud reposant sur des technologies Open Source


A ses côtés, on compte également d'autres solutions ouvertes comme Eucalyptus, intégré dans Ubuntu Server et Debian, écrit en langage C, Java et Python, et qui permet de créer des Clouds orientés infrastructure (IaaS).

Mais également OpenNebula, permettant de déployer des Clouds privés, (mais également publics ou hybrides) qui ne supportent toutefois pas encore la solution de virtualisation de postes de travail soutenu par Oracle, Virtualbox. Sans compter Nimbus.com et le projet français Niftyname, en mesure de s'interfacer avec le Cloud d'Amazon EC2.


La plate-forme de PaaS/IaaS de Joyent propose des services Cloud basées sur OpenSolaris. Pour développer son offre autour du Cloud privé, la start-up a racheté en juillet dernier Layerboom Systems - qui héberge et fournit des solutions pour aider les entreprises à construire leurs Clouds privés virtualisés.  

 

OW2 et Free Cloud Alliance soutiennent le Cloud Open Source


Certains hébergeurs ont par ailleurs commencé à proposer des offres Cloud basées sur des briques Open Source. C'est le cas notamment avec OVH et son offre Mini Cloud, tarifé à partir de 0.01 euro l'heure, basé sur un OS Linux, un stockage de données sous Solaris et un système de base de données sous MySQL. Sachant qu'une version devCloud pour laquelle une campagne de beta test a été lancée, sera bientôt disponible pour configurer l'hébergement de sites développés en Java.

Parallèlement aux offres Cloud Open Source, on voit également apparaitre des initiatives visant à fédérer et organiser les projets dans ce domaine. C'est notamment le cas de l'Open Source Cloudware Initiative du consortium Open Source OW2, dont font notamment partie Bull, France Télécom et l'INRIA. Ou encore de la Free Cloud Alliance, soutenue notamment par la distribution Linux Mandriva, et de Xen.org avec son initiative Xen Cloud Platform.

Datacenter / Open source