Disques durs SSD : Western Digital croque SiliconSystems

Le constructeur de disques durs avance ses pions sur l'âpre marché des disques durs basés sur de la mémoire Flash. Il était temps car ses concurrents ne l'ont pas attendu.  

Pour se donner les moyens de ses ambitions, Western Digital a donc mis les petits plats dans les grands et accepté de débourser la somme de 65 millions de dollars, entièrement payée en numéraire, pour mettre la main sur SiliconSystems.

Au travers de cette acquisition, le deuxième fabricant mondial de disques durs derrière Seagate acquiert ainsi une technologie de disque dur SSD clé en main, en particulier sur les segments des disques 1,8 et 2,5 pouces en interfaces SATA, IDE, USB et également Compact Flash ou encore PC Card.

Ce rachat permet également à Western Digital de renforcer sa présence sur plusieurs marchés verticaux du SSD, en particulier ceux liés aux secteurs médical, militaire et de l'aérospatial. Et par la même occasion de lui permettre d'économiser plusieurs dizaines de millions de dollars en investissements R&D.

Western Digital est loin d'être le seul acteur à gonfler les muscles pour tenter de remporter la bataille des disques durs SSD. En renforçant son positionnement concurrentiel dans ce domaine, il évite de se faire trop distancer par Toshiba par exemple, qui a déjà pris les devants en fin d'année dernière en dégainant son disque dur SSD de 512 Go.

C'est également le cas de Seagate, ardent défenseur des technologies de disques durs mécaniques qui n'a pas pu faire autrement que de se plier au diktat de la demande. Ce dernier a lui aussi annoncé son entrée sur le marché du SSD. Sans compter  les initiatives d'autres prétendants, à l'image des disques SSD de 2,5 pouces promus par le couple Intel/Kingston.

Western Digital compte désormais intégrer le plus vite possible les équipes du californien à ses effectifs. Et profiter de l'occasion pour créer une entité opérationnelle dédiée à l'activité de disques durs à mémoire Flash.

Etats-Unis