Aujourd'hui, les fermetures d'entreprises dépassent les créations

L'esprit entrepreneurial qui caractérise si bien les Etats-Unis est en baisse. Découvrez les chiffres officiels.

Suivre l'auteur sur LinkedIn  

Est-ce que quelqu'un prend réellement au sérieux les chiffres officiels du chômage aux États-Unis ?

Récemment, le département de l'emploi nous a dit que le chômage était passé de 7% en novembre à 6,7 % en décembre. Mais il nous a également dit que l'économie avait seulement créé 74 000 nouveaux emplois en décembre, loin derrière les 200 000 nouveaux emplois auxquels les économistes s'attendaient.
Le taux de chômage officiel est une pagaille inexacte parce qu'il ne tient pas compte des gens qui ont démissionné pour chercher un travail. Et un taux de chômage à 6,7% n'est pas seulement horriblement trompeur mais c'est une cruelle mauvaise représentation des millions de chômeurs et de personnels sous employés aux Etats-Unis qui se découragent de plus en plus et se sentent émotionnellement détruits.
Nous avons très rapidement besoin de nouveaux indicateurs et l'institut Gallup en a développé un.
Il s'appelle Payroll-to-Population (P2P ou les listes d'emplois et la population) et il s'agit d'un indicateur très clair sans formules désordonnées ou compliquées. Cet indicateur de l'institut Gallup représente simplement le pourcentage d'adultes étant employés à temps plein avec un salaire équivalent au pourcentage de la totalité de la population adulte américaine. Cet indicateur répond à la question la plus pressante du jour : quel est le pourcentage d'adultes américains ayant un travail à plein temps ?
Alors que le gouvernement fédéral a mis en avant un taux de chômage en amélioration, le taux de l'indicateur Gallup est passé de 43,7 % en novembre à 42,9 % en décembre. Le taux actuel est le plus bas que l'institut Gallup a mesuré depuis mars 2011.
Je n'ai pas l'espoir de voir ce chiffre aller considérablement en s'améliorant à court terme, du moins pas jusqu'à ce que les dirigeants du pays comprennent la gravité de nos problèmes liés à l'emploi et l'origine d'une véritable création d'emplois organiques : la création de start-up.
A cet égard, les nouvelles sont fatales. D'après le Bureau américain du recensement, les totaux annuels du nombre de création d'entreprises startup et de fermetures d'entreprises (le taux de naissances et de décès des entreprises américaines), se sont croisés pour la première fois depuis que les mesures ont commencé. Je fais ici référence aux établissements d'employeurs, ceux avec un ou plusieurs employés, les vrais moteurs de la croissance économique. 400 000 nouvelles entreprises par an sont actuellement en train de se créer à travers le pays tandis que 470 000 meurent.

Aujourd'hui, les fermetures d'entreprises dépassent les créations

Jusqu'en 2008, les créations de startup ont pris de vitesse les fermetures d'entreprises d'environ 100 000 par an. Mais au cours des 6 années précédentes, ce chiffre s'est inversé. Au moment où vous lisez cet article, nous sommes à moins 70 000 en termes de survie d'entreprises. Les données issues du Bureau américain du recensement arrivent très doucement via le Small Business Administration (agence gouvernementale chargée d'aider les petites et moyennes entreprises), donc il y a un retard de deux ans en temps réel.
Le véritable marché du travail avec des emplois créés organiquement à partir des cœurs et des esprits des américains issus des petites entreprises (les entrepreneurs américains) est maintenant dans une condition critique. On pourrait conclure que l'esprit de la libre entreprise américaine est moribond ou, au mieux, très malade.
Les dirigeants devraient prendre très au sérieux les jeunes entreprises et l'entreprenariat : d'après la Small Business Administration, 50 % de tous les emplois se trouvent dans les petites entreprises et elles créent approximativement 65 % de tous les nouveaux emplois d'avenir. L'institut Gallup prend certainement cela au sérieux. Nous venons de lancer notre Entrepreneurial StrenghtsFinder assessment (évaluation de découverte des forces entrepreneuriales), qui vise à aider l'Amérique et le monde à trouver et développer nos meilleurs et nos plus talentueux créateurs d'entreprises.
Les qualités de meneur des américains ont ici un choix clair à faire. Elles peuvent continuer à mettre en avant des chiffres du chômage mensongers tout en ne proposant pas de véritables solutions à la crise du chômage qui touche maintenant des millions d'américains. Ou bien, elles peuvent baser leurs politiques sur des chiffres de l'emploi honnêtes et commencer à attaquer les problèmes en termes d'emploi en ravivant l'esprit du pays, l'esprit de la libre entreprise.


---------------------
Traduction par Sylvie Ségui, JDN
Cette chronique traduite par le JDN a été publiée via le programme Influencers de LinkedIn, où s'expriment près de 300 leaders d'opinion. Retrouvez la version originale en anglais ici.

Etats-Unis / Linkedin