Jeudigital : Manuel Valls reçoit six start-up à Matignon

Jeudigital Matignon Manuel Valls Le Premier ministre s'est dit "fier de la place de la France dans le paysage numérique mondial" et a appelé les grands comptes à investir dans les jeunes pousses.

Chaque mois, lors du "jeudigital", six start-up pitchent devant Axelle Lemaire, secrétaire d'Etat chargée du numérique, et un autre ministre du gouvernement, ainsi que des investisseurs, grands comptes et acheteurs publics. Objectif : "diffuser la culture du numérique et des start-up au sein des ministères", explique Axelle Lemaire, et valoriser de jeunes start-up innovantes. Le troisième jeudigital s'est tenu le 20 novembre à Matignon, en présence de Manuel Valls, Premier ministre, de Thierry Mandon, secrétaire d'Etat à la Réforme de l'Etat et à la Simplification, et d'Axelle Lemaire.

"Améliorer l'accès des start-up au financement privé"

Une rencontre destinée à démontrer un "soutien renouvelé à l'innovation" de la part du Premier ministre, qui a lancé lui-même le mois dernier la concertation pour le projet de loi numérique. Manuel Valls a évoqué Withings, "primé au CES de Las Vegas", Blablacar "et ses dix millions de membres", "ces fleurons du numérique, vecteurs d'innovation tricolores". Il s'est dit "fier de la place de la France dans le paysage numérique mondial, du canal d'innovation que constitue la Fench Tech", des start-up à succès et de "toutes celles qui n'ont pas encore explosé, dans nos incubateurs, nos quartiers et nos universités". "Nous avons les talents, les entreprises et l'audace, nous avons l'accompagnement, avec des incubateurs publics et privés, Bpifrance, des réseaux de business angels..." Ce qui manque encore à l'écosystème, selon Manuel Valls : "l'accès des start-up au financement privé". Pour conclure, il s'est adressé aux potentiels investisseurs : "Saisissez-vous de l'opportunité pour être les premiers à investir dans les entreprises de demain."

img 9115
Six entrepreneurs ont pitché devant les ministres. © Aude Fredouelle/JDN

Six start-up ont ensuite pu pitcher devant un parterre d'investisseurs et de grands comptes -étaient notamment présents Xavier Niel, Marie Ekeland, Jean-David Chamboredon ou encore Samantha Jérusalmy, nouvelle Partner d'Elaia Partners.

Fondée par une équipe de Docteurs en informatique et en psychologie à l'île de la Réunion, Places est un outil open source destiné à chiffrer les données de ses utilisateurs avant de les envoyer sur le Net, afin d'assurer leur confidentialité.

Wandercraft est en train de développer un exosquelette innovant pour les personnes souffrant de myopathies ou paraplégies. La start-up qui emploie 13 personnes souhaite mettre son produit sur le marché en 2016 et cherche à lever 3 millions d'euros.

Pierre Dubuc a présenté sa plateforme de MOOCs, Openclassrooms. La start-up qui a levé un million d'euros en février emploie désormais 30 personnes et revendique 2,5 millions d'utilisateurs chaque mois. Les premiers MOOCs en anglais viennent d'être lancés sur la plateforme.

Spécialisée dans le machine to machine et les objets connectés, Matooma fait communiquer entre eux des appareils électroniques grâce à une carte SIM. La start-up qui a levé un million d'euros cette année vise deux millions d'euros de chiffre d'affaires en 2014 et emploie 20 salariés.

S4M, Sam 4 mobile, permet à ses clients de mesurer la performance de leurs campagnes sur mobile. La start-up a ouvert des bureaux à New York et Singapour et revendique plus de 120 clients, dont Visa, Axa, Accenture.... Elle cherche à lever 7 millions d'euros pour son développement.

La société grenobloise Imactis a présenté ses solutions destinées à assister les radiologues pendant des procédures minimalement invasives : la start-up permet d'améliorer la précision et la sécurité du geste du radiologue. Elle cherche à lever huit millions d'euros.

Autour du même sujet