Prêt entre particuliers : comment Lending Club a conquis Wall Street

Lending Club IPO 1214 Pour la première IPO du secteur, la start-up de Renaud Laplanche a fait fort. Sa valorisation atteint 5,4 milliards de dollars.

C'est la première fois qu'une plateforme de prêt entre particuliers s'introduit en bourse. Fondée et dirigée par le Français Renaud Laplanche, Lending Club vient de s'offrir une entrée fracassante à Wall Street en levant 870 millions de dollars, hier 10 décembre. Ce sont au total 58 millions de titres qui ont été achetés par les investisseurs au prix de 15 dollars l'un, soit 8 millions d'actions de plus que prévu. A partir d'aujourd'hui, son premier jour de cotation au New York Stock Exchange, le titre sera désigné sous le symbole "LC". Et si Lending Club exerce, comme c'est possible dans les 30 jours à venir, une option de surallocation portant sur 8,7 millions de titres supplémentaires, la levée pourrait passer la barre du milliard de dollars.

Les investisseurs montrent en effet un fort intérêt pour la start-up. Le prix finalement fixé pour l'introduction de l'action Lending Club est supérieur à la fourchette de 12 à 14 dollars annoncée en début de semaine, elle-même relevée par rapport à la fourchette initialement envisagée, de 10 à 12 dollars. Lorsque la société a déposé son document d'introduction auprès de la SEC, fin août, elle comptait lever "au moins 500 millions de dollars" et visait une valorisation de 4 milliards environ. A l'issue de son entrée à Wall Street, sa valorisation s'établit à 5,4 milliards. Les parts de Renaud Laplanche, qui détient 5,6% du capital, se chiffrent donc à 300 millions de dollars.

Une hypercroissance soutenue par une diversification des activités

Entre sa création en 2007 et le mois d'août 2014, plus de 5 milliards de dollars de prêts ont transité sur Lending Club, dont un milliard sur le seul second trimestre de l'année. Sa commission s'élève de 1% à 6% de chaque prêt et la plateforme facture des frais de gestion aux investisseurs. Cette année, elle a également commencé à diversifier son activité. D'abord en délivrant des prêts à des petites entreprises, mais aussi en faisant l'acquisition de Springtone Financial, qui prête de l'argent à des particuliers pour financer des procédures médicales ou des frais de scolarité dans des écoles privées.

Au premier semestre, Lending Club a accru son chiffre d'affaires de 134% en le portant à 86,94 millions de dollars, pour une perte nette de 16,49 millions, fruit d'investissements marketing en forte hausse. Depuis ses débuts, la start-up avait levé près de 400 millions de dollars au cours de douze tours de table.


A voir aussi : 

IPO / Wall Street