Start-up à suivre : Nextdoor, le Facebook des voisins

Start-up à suivre Nextdoor Dans le cadre de sa série de rentrée, le JDN vous présente dix start-up originales et disruptives. Aujourd'hui, Nextdoor, le réseau social privé des voisins qui séduit les américains.

Fondé en 2010, Nextdoor connaît aux Etats-Unis un succès phénoménal. Le réseau social privé dédié aux voisins est déjà disponible dans 41 000 quartiers américains avec au moins dix utilisateurs actifs... Soit environ un quartier sur quatre du pays. La start-up n'a pourtant été lancée qu'en octobre 2011, dans moins de 200 quartiers-tests. Le site et l'application sont pour l'instant gratuits. Objectif : offrir à chaque quartier un réseau pour échanger. Non seulement pour créer du lien, organiser des évènements ou bien trouver un peintre ou une babysitter proche de chez soi, mais surtout pour organiser des "Watch groups" afin de surveiller le quartier. Auprès des utilisateurs américains, la promesse de sécurité fait mouche.

La start-up a déjà levé plus de 100 millions de dollars lors de trois tours de table, auprès notamment des prestigieux fonds d'investissement Benchmark Capital,Greylock Partners, Kleiner Perkins Caufield & Byers, Tiger Global Management et Shasta Ventures. Elle emploie désormais 107 personnes dans ses locaux, à San Francisco.

A terme, monétiser grâce aux entreprises locales

La start-up ne monétise pas encore son service et ne révèle pas son nombre d'utilisateurs. Elle espère atteindre une masse critique suffisante avant d'introduire des moyens de monétisation. "Pour l'instant Nextdoor se focalise sur l'élaboration du meilleur produit possible pour ses utilisateurs, explique la start-up. A terme, nous développerons un business model qui reposera probablement sur la mise en contact des résidents des quartiers avec les entreprises locales."

Nextdoor avait annoncé vouloir s'internationaliser, lors de la finalisation d'un tour de table de 60 millions de dollars fin 2013, mais les projets d'expansion sont visiblement repoussés. Si Nextdoor confirme vouloir se développer à l'international, elle ne communique pour le moment aucun calendrier précis, ni d'ailleurs concernant les débuts de monétisation.

Pour augmenter sa base utilisateurs, la start-up est en train de créer des partenariats avec de nombreuses administrations locales et services locaux (police, pompiers, services d'urgence), afin qu'ils envoient via sa plateforme des messages et informations aux habitants des quartiers concernés.

Etats-Unis / Facebook