Vimeo, Bit-ly et Shutterstock... les start-up victimes de cyber maître-chanteurs

Vimeo, Bit.ly ou Shutterstock été menacées d'attaques par déni de service à moins de s'acquitter d'une rançon en bitcoins.

Verser de l'argent ou subir une attaque DDoS ? De plus en plus de start-up du Web se retrouvent confrontées à ce dilemme, comme le décrypte un article du blog "Bits" du New York Times. De plus en plus de cyberattaques visent en effet des start-up en les menaçant d'une attaque par déni de service si elles ne s'acquittent pas d'une rançon en bitcoins. Lorsque les start-up refusent, leurs serveurs sont attaqués jusqu'à ce que les fondateurs changent d'avis. La plateforme de vidéos Vimeo, l'application de management de projet Basecamp, le service de raccourcissement de liens Bit-ly, ou encore la banque de photographies Shutterstock en ont été victimes.

Selon un expert de la sécurité interviewé par le New York Times, nombreuses sont les start-up qui cèdent au chantage et versent la rançon réclamée, en espérant que les cybercriminels les laisseront tranquilles. D'autres se résignent à se tourner vers des prestataires technique pour réduire les risque de voir leur site tomber, comme Cloudfare ou Akamai. Le FBI, qui enquête sur ces attaques pense qu'elles pourraient toutes venir de la même personne ou du même groupe.

Serveurs / Blog