Pascal Nacache (DXC Technology) "Le cloud au service des développeurs"

Les marques parlent aux lecteurs du JDN - en savoir plus ?

Les services natifs fournis par les plateformes de cloud font gagner en agilité les équipes projets, explique Pascal Nacache, partner chez DXC Technology, et spécialiste du sujet.

Quelles sont les dernières tendances en matière de développement des applications ?

Pascal Nacache. La logique actuelle est de s'affranchir des infrastructures. Les équipes de projet informatique veulent passer moins de temps à s'occuper des serveurs et des réseaux, pour en consacrer davantage à développer des applications pertinentes, celles qui rendront le meilleur service possible à leurs utilisateurs.

Comment cela se manifeste-t-il ?

D'abord par la "conteneurisation" des applications, qui permet de véhiculer facilement des composants applicatifs d'un environnement à l'autre (par exemple de l'environnement de développement et de de test à l'environnement de production). Ensuite par le recours aux applications "serverless*" et par la montée en puissance des microservices. Ces derniers désignent des composants applicatifs conçus pour être réutilisables. Ils doivent être pensés dès la création du projet et se prêtent donc davantage aux nouvelles applications. Progressivement, les développeurs vont se muer en assembleurs et intégrateurs de services.

En quoi le cloud permet-il de gagner en productivité ?

Les grands acteurs de l'informatique "en nuage" comme Amazon Web Services, Microsoft Azure ou Google Cloud proposent des services natifs aux développeurs. DXC a ainsi développé sur le cloud une solution d'archivage pour un assureur. Nous avons profité de fonctionnalités d'enregistrement, d'indexation et même d'analyse cognitive des documents, intégrées sur la plateforme cloud. Nous avons ainsi réduit l'effort et le temps de développement. Les temps de réponse de ces services disponibles sur étagère sont très performants, et les catalogues continuent de s'étoffer avec le temps.

J'ajouterai qu'avec l'auto-provisionning**, les développeurs n'ont qu'à remplir un formulaire pour solliciter des serveurs supplémentaires et faire face à leurs besoins de calcul. C'est ce qu'on appelle " l'infrastructure as a code ". Ce surcroît de flexibilité fait toute la différence.

*sans serveur.
**dimensionnement automatique.

Les services natifs fournis par les plateformes de cloud font gagner en agilité les équipes projets. © DXC

"Le cloud au service des développeurs"
"Le cloud au service des développeurs"

Quelles sont les dernières tendances en matière de développement des applications ? Pascal Nacache. La logique actuelle est de s'affranchir des infrastructures. Les équipes de projet informatique veulent passer moins de temps à s'occuper...