L'e-commerce de vin, entre croissance forte et bataille des foires aux vins

L'e-commerce de vin, entre croissance forte et bataille des foires aux vins En France, Xerfi prévoit un chiffre d'affaires sur Internet de 1,9 milliard d'euros pour 2017. D'ici 2020, 20% des ventes seront online.

Avec 23% en 2016, la croissance du commerce en ligne du vin affiche un fort dynamisme en France. Depuis 2012, le marché a triplé, pour atteindre 1,6 milliard d'euros, rapporte l'étude "Le e-commerce de vin" publié en juin 2017 par notre partenaire Xerfi. A l'horizon 2020, l'institut d'étude annonce même un doublement des revenus du e-commerce de vin à 3,2 milliards. 20% des ventes se feront alors en ligne. A plus proche échéance, le cabinet prévoit un chiffre d'affaires total de près de 1,9 milliard d'euros pour 2017.

En 2016, le chiffre d'affaires du e-commerce de vin a atteint 1,6 milliards d'euros. © Xerfi - JDN

10% des Français ont acheté du vin en ligne en 2016, contre 5% en moyenne dans le monde, selon Xerfi. L'Hexagone se place ainsi parmi les pays en pointe dans la transformation numérique du secteur. Cette particularité française s'explique par l'engouement croissant pour l'e-commerce et la profusion d'offres (marketplaces, ventes privées, box, e-cavistes, grande distribution…). Surtout, les consommateurs s'informant sur la toile se convertissent en nouveaux acheteurs en ligne.

La croissance de l'e-commerce de vin en 2016 a atteint 23%. © Xerfi - JDN

En moyenne, le panier web s'élève à 200 euros, à raison de 10 à 15 bouteilles commandées. Le montant moyen à l'unité varie entre 12 et 20 euros, selon Xerfi. C'est deux fois plus que les enseignes brick&mortar. En effet, le prix du vin au litre reste supérieur sur Internet par rapport aux circuits physiques, en raison notamment de coûts de fonctionnements élevés (logistique, livraison, fidélisation client, investissement marketing…).

Les foires aux vins, nouveau e-terrain de bataille

Les foires aux vins sont aujourd'hui au cœur des enjeux de l'e-commerce de vin. "Nous avons réalisé plus d'un million de chiffre d'affaires pour notre première édition en 2016", se félicite Xavier Court, cofondateur et associé de Vente-privée. Sachant que Vente-privée a vendu au total l'an dernier près de cinq millions de bouteilles… Pour 2017, l'e-commerçant, élu premier site de vente en ligne de vin par l'e-performance barometer, a augmenté en conséquence le nombre de références de 80 à 150, avec des prix inférieurs à 10 euros sur 60% des produits. De son côté, Cdiscount vend quatre millions de bouteilles par an. Depuis le printemps 2017, ce dernier s'est aussi lancé dans la course aux foires avec près de 4 500 références, fort d'un entrepôt dédié de 3 000 m².

Partis avec du retard, les retailer traditionnels misent aussi de plus en plus sur l'événement, à l'instar de Carrefour. Dès 2013, le distributeur a initié les pré-réservations en ligne avec retrait dans les hypermarchés ou drive lors de sa foire aux vins. Un mécanisme adopté par ses principaux concurrents par la suite, analyse Xerfi. Pour aller plus loin, Carrefour a lancé fin août un chatbot sur plusieurs plateformes : Carrefour.fr, Jereservemafoireauxvins.com, Grandsvins-prives.com et Messenger, pour aider à l'achat. Lidl a aussi lancé fin août 2017 un service de sommelier virtuel similaire sur Messenger, nommé Balthus.

E.Leclerc, avec son site Macave.leclerc, a engrangé 800 000 euros de revenus supplémentaires entre septembre et octobre 2016 grâce au drive et à son site, estime Xerfi. Avec son édition 2016, les ventes de vins en drive d'Auchan ont aussi grimpé de 7% et celles du site Auchan.fr de 29%. En offline et online, les ventes de vin en foire représentent entre 10 et 15% des ventes annuelles en grande surface alimentaire.

Source

L'étude "Le e-commerce de vin" est publiée par Xerfi, éditeur indépendant d'études économiques sectorielles.

Et aussi

Annonces Google