Amazon dans l'œil de Bruxelles

Amazon dans l'œil de Bruxelles La Commission européenne a ouvert une enquête sur les pratiques du site d'ecommerce, en particulier sur la collecte de données grâce aux marchands. Après Google, l'utilisation des données privées est plus que jamais le leitmotiv à Bruxelles, même si la tâche s'annonce complexe et titanesque.

Margrethe Vestager, la pugnace commissaire européenne à la concurrence, a trouvé un nouveau combat contre un géant de la tech, et il s'agit cette fois d'Amazon. Mercredi, elle a ainsi annoncé l'ouverture d'une enquête préliminaire sur un éventuel abus de position dominante. Cela concerne plus particulièrement la façon dont la plateforme d'e-commerce collecte des données grâce aux marchands qui vendent leurs produits en ligne, et les utilise pour connaître les besoins et goûts des clients, et leur proposer d'autres articles. Le process en est certes à ses prémices, et le régulateur européen a envoyé des questionnaires aux marchands concernés "pour comprendre le problème dans son ensemble".

Amazon n'a pas souhaité commenter cette annonce, mais peut avoir les plus grandes craintes face à la Commission, qui n'a pas hésité à condamner par deux fois Google à un total de 6,7 milliards d'euros d'amende pour avoir utilisé son système opérationnel Androïd, leader qui équipe 80% des smartphones, et son moteur de recherche afin de favoriser ses propres services. Le groupe de Jeff Bezos, qui a passé la barre des 1 000 milliards de dollars de capitalisation boursière début septembre, a déjà subi le couperet de Bruxelles, puisqu'il avait été condamné à une amende de 250 millions d'euros à l'automne 2017 pour des arriérés d'impôts au Luxembourg.

"Des employés auraient accepté des pots-de-vin pour donner des informations de clics et de vente"

L'enquête promet d'être longue et complexe : Amazon est un titan qui utilise sa plateforme comme outil publicitaire, et est en passe de devenir le troisième annonceur mondial selon eMarketer, en passant devant Oath de Verizon et Microsoft. Il devrait générer 4,6 milliards de dollars de revenus publicitaires l'an prochain selon ce cabinet, même s'il reste loin derrière Google et Facebook. La Commission a pour but d'établir si Amazon n'abuse pas de son statut de leader de marché pour obtenir de précieuses informations sur les stocks, conditions de vente et même la popularité des produits des marchands, et ensuite vendre lui-même des produits concurrents. Le groupe dirigé par Jeff Bezos, devenu l'homme le plus riche du monde cette année, aurait déjà 100 références en propre et serait en train de monter en puissance sur cette offre en propre.

Enfin, le plus gros ennemi d'Amazon pourrait se trouver dans ses propres rangs. En fin de semaine dernière, le Wall Street Journal a ainsi révélé que le groupe était en train d'enquêter sur des salariés suspectés d'avoir utilisé des informations confidentielles au profit de marchands indépendants qui vendent sur la plateforme. Ces fuites auraient essentiellement eu lieu en Chine, où existent le plus de marchands, et les employés auraient accepté des pots-de-vin pour donner des informations de clics et de vente, mais aussi supprimer des avis négatifs. La dérive est vitale pour ces petits acteurs, étant donné la concurrence féroce : plus de 2 millions de marchands indépendants vendent désormais 550 millions de produits sur Amazon, soit plus de la moitié de toutes les ventes sur le site et 200 milliards de dollars de revenus, selon FactSet.

Article originel d'Yves de Kerdrel publié sur WanSquare le 20/09/2018

Offre découverte : WanSquare gratuit pendant 1 mois

WanSquare, média dédié aux coulisses de l’économie et de la finance, s’adresse à tous ceux qui veulent aller plus loin dans le décryptage de l’actualité économique. Paramétrable en fonction de ses besoins, Wansquare délivre en temps réel des informations exclusives et non-conformistes. Profiter de l’offre.

Annonces Google