Krys refond son site. Et se prépare à vendre en ligne ?

L'opticien propose dorénavant l'essayage en ligne de lunettes et la simulation de prix. Pour l'instant simple apporteur de trafic en magasin, le site prépare aussi le jour où le e-commerce optique ne sera plus interdit.

Si la vente de lunettes de vue et de lentilles de contact sur Internet est pour l'instant interdite en France, cela n'a pas empêché Krys de rénover son site en lui adjoignant deux fonctionnalités majeures : l'essayage en ligne de lunettes et la simulation du prix.

Pour mettre en œuvre la première, l'opticien a travaillé avec Fitting Box, l'éditeur de "logiciels de réalité augmentée" qui a, le premier, mis au point la technologie d'essayage en ligne de lunettes. L'utilisateur uploade sa photo ou sélectionne l'un des cinq visages proposés, puis lui applique différents modèles de lunettes de vue ou de soleil.

capture krys petit
Le module d'essayage de lunettes © Krys.com, capture d'écran

Ce module est complété par un outil de simulation de prix qui ajoute au tarif de la monture une estimation du prix des verres en fonction du niveau de correction. "La technicité des verres oblige le plus souvent le client à dépendre totalement du technicien, explique Laurence Defaux, responsable marketing et web de l'enseigne. Avec cet outil, il arrive en magasin avec les clés pour comprendre."

Un espace personnel permet enfin au visiteur de conserver ses simulations, de les envoyer à son entourage ou de dialoguer avec un opticien. Un premier pas dans la direction des réseaux sociaux, où prendront place les prochains développements du site : "Nous voudrions externaliser ce module d'essai de lunettes sur d'autres sites, en widget ou par exemple sur Facebook, précise Laurence Defaux. Cela devrait être fait d'ici la fin de l'année."

D'après la responsable marketing, le site a été pensé comme une plate-forme de promotion des points de vente. Afin de maximiser le taux de transformation, Krys a opté pour un levier promotionnel : entre -10% et -40% sont offerts aux clients qui arrivent en magasin avec leur simulation à la main.

Pour l'instant, la refonte du site, soutenue du 2 au 23 décembre par un spot télévisé, vise donc uniquement à apporter du trafic en magasin. "Mais à moyen terme, elle doit permettre à Krys de se positionner comme le référent de l'optique sur le net", ajoute-t-elle.

En effet, la France a reçu mi-octobre une injonction de Bruxelles lui demandant de modifier sa législation interdisant la vente en ligne de lunettes et de lentilles. Paris n'a plus que jusqu'à mi-décembre pour y répondre, sans quoi la Cour européenne de justice se saisira du dossier. On peut donc s'attendre à ce que soit tôt ou tard levée cette interdiction.

Or d'après Gérard Haas, avocat spécialisé dans la vente sur Internet, le principal intérêt du e-commerce optique sera le prix proposé : "Pour des verres correcteurs simples, monture comprise, le prix d'achat sur Internet est divisé par quatre par rapport aux prix pratiqué chez un opticien traditionnel." (Lire aussi : Acheter des lunettes chez un cyber-opticien : un trompe l'œil ?, du 07/11/2008)

Pas facile, dans ces conditions, de maintenir une cohérence entre les prix en ligne et en magasin. Les opticiens traditionnels se relaient donc pour marteler que l'ajustement des lunettes exige qu'un professionnel mesure l'écart entre la base du nez et chaque œil et centre bien les verres.

Laurent Maucort, directeur de l'enseigne Krys, se montre lui-même assez circonspect. "On sait qu'aux Etats-Unis, où il est possible d'acheter ses lentilles dans le premier drugstore venu, donc sans les conseils d'un spécialiste, le taux d'urgences ophtalmologiques est extrêmement élevé. Concernant la vente en ligne de lunettes, l'exemple britannique montre un taux de rebus très important." D'après une étude d'UFC-Que choisir, ce sont effectivement quatre paires de lunettes achetées en ligne sur cinq qui ne conviennent pas.

"Cela nous conforte dans l'idée qu'il n'est pas toujours possible de s'affranchir d'un opticien, conclut-il. A ce titre, si nous nous lançons un jour dans le e-commerce, notre réseau de 850 points de vente sera un véritable atout de différenciation par rapport aux marchands sans magasins. Et nos adhérents auraient forcément à y gagner."

Annonces Google