Où en est le secteur de la vente en ligne de vin ? La vente privée de vins, une nouvelle tendance ?

Depuis 3 ans se sont lancés plusieurs sites de ventes privées de vin. Le premier, 1jour1vin, a ouvert en mars 2006 et réalisait en 2008 un chiffre d'affaires supérieur à 1,5 million d'euros. De nombreux sites lui ont ensuite emboîté le pas, parmi lesquels Ventealapropriete : 1,7 millions d'euros de CA en 2008, 140 000 membres et environ 300 000 visiteurs uniques par mois, qui en font le site marchand de vin le plus visité en France, devant Wineandco (plus de 250 000 VU) et ChateauOnline (plus de 200 000 VU).

 

ventealapropriete.com
Ventealapropriete.com © DR

L'un comme l'autre organisent deux ventes par semaine et n'envisagent pas d'augmenter cette fréquence, considérant inutile voire contre-productif de trop solliciter leurs membres. Leur levier de croissance réside donc principalement dans l'acquisition de nouveaux clients. "En tant que parfait concept marketing, la vente privée est à ce titre très adaptée : nous incitons le client à s'inscrire pour pouvoir le solliciter ensuite", souligne Olivier Marchal, co-fondateur de 1jour1vin.

 

Les deux jeunes sites bénéficient encore de niveaux de croissance très importants. 1jour1vin, qui expédie environ 1 300 commandes par mois pour 500 références, a connu une croissance de 300 % l'an dernier et prévoit encore de réaliser +200 % en 2009. Ventealapropriete, qui envoie environ 1000 commandes par mois pour 150 ventes privées sur l'année, a enregistré un chiffre d'affaires en hausse de 220 % en 2008 et vise les 4 millions d'euros en 2009, soit 135% de croissance, pour 20 000 commandes et plus de 300 000 membres.

 

"La vente privée est très adaptée à l'acquisition de nouveaux clients"

En 2008, 1jour1vin s'est assuré un résultat net positif compris entre 50 000 et 100 000 euros. Quant à Ventealapropriete, son co-fondateur Christophe Viet précise : "Nous sommes rentable en 2008 - hors coûts de recrutement de nouveaux clients -, nous atteindrons une rentabilité réelle à partir du quatrième trimestre 2009 et nous serons rentable pour la première année pleine en 2010".

 

A noter que les généralistes du vin comme 1855 commencent eux-aussi à organiser des ventes privées, qu'ils considèrent comme un service complémentaire. "Cela ne permet pas d'être en phase tout le temps avec le client, note son président Emeric Sauty de Chalon. C'est donc un service de niche : les sites de vente privées de vin resteront probablement de taille restreinte et leurs équipes devront demeurer de taille modeste".