Le mobile révolutionne bien plus que le marketing

Le mobile écran de tous les enjeux est le thème central du 7e Mobile Marketing Forum Paris, qui se tient ce 4 décembre prochain à Paris.



Conscients du potentiel du mobile, les professionnels du secteur ont longtemps plaisanté sur l’idée qu’il y aurait un «  grand soir » , un «  moment charnière » , une « année du mobile », au cours de laquelle cet écran se serait imposé au détriment de tous les autres.Si cette année du mobile est difficile à définir, la décennie qui s’achève dans quelques semaines pourra en revanche être qualifiée sans trop de risques , de « décennie du mobile ».  Depuis 2010 en effet, le smartphone est passé de quelques dizaines de millions à plusieurs milliards d’utilisateurs. Une « app économie », désormais plus importante que l’industrie du cinéma ou de la musique, fait vivre des dizaines de milliers d’éditeurs à travers le monde et génère plus de 100 milliards de dollars de revenus. Et pour la première fois aux Etats-Unis, le sacro-saint téléviseur devrait être dépassé par cet écran mobile, qui devrait capter à lui seul près de 40% des investissements publicitaires...Après une décennie d’hyper-croissance, le mobile est désormais le premier écran, devant l’ordinateur et le téléviseur. Mais cette révolution dans les usages et ce triomphe du « mobile first » masquent la complexité de cet écran et  la multiplication des touch points avec les consommateurs.  « Faut-il parier sur le couple applications + notifications ? Un retour du web et de l’e-mail ? Le SMS va-t-il réussir sa mue en RCS et contenir les ambitions des grandes plateformes de messaging ? Sommes-nous déjà dans l’après tactile avec la voix ou la réalité augmentée ? Les réponses à ces questions sont essentielles pour toute marque qui veut réussir sa transformation digitale.» explique Séverine Dumont, Vice-Présidente Secrétaire Générale de la Mobile Marketing Association France.  Un succès et une omni-présence dans nos vies qui poussent d’ailleurs les professionnels du marketing à mettre cet écran au cœur de leurs stratégies omnicanales. «  Le mobile fait le pont entre commerce en point de vente et e-commerce grâce au drive-to-store. Et les frontières entre publicité et CRM sont en train de s’estomper avec la montée en puissance des datas transactionnelles et du CRM onboarding. Ces transformations poussent d’ailleurs tous les acteurs, agences, adtech, commerçants, à s’interroger sur leur place dans la chaîne de valeur. » explique Pierre-Emmanuel Cros, Vice-Président Trésorier de la Mobile Marketing Association France. Des transformations qui vont d’ailleurs bien au-delà du secteur marketing, avec le réveil des autorités de régulation et des gouvernements qui multiplient depuis peu les initiatives visant à développer, ainsi qu’à mieux encadrer le secteur. « Le mobile est un sujet stratégique pour les entreprises ainsi que pour les Etats. C’est le mobile qui justifie la mise en œuvre de nouvelles législations comme le RGPD en Europe ou le CCPA aux Etats-Unis. Le mobile qui va définir les grandes orientations en matière d’aménagement du territoire avec la 5G. Toujours le mobile, et les revenus générés par les GAFAs, qui poussent à une modernisation de la fiscalité voire à des bras de fer d’ordre géopolitique entre les Etats-Unis, l’Europe et la Chine. »  ajoute Nicolas Rieul, Président de la Mobile Marketing Association France.Ainsi, la révolution du mobile va bien au-delà du marketing, et les enjeux en seront abordés lors du prochain Mobile Marketing Forum Paris, organisé par la Mobile Marketing Association France le 4 décembre prochain à la Gaîté Lyrique.

Les participants pourront profiter du retour d’expérience de Renault, Danone, Intersport, e-Voyageurs SNCF, Petit Bateau, Casino, Pierre & Vacances, Molotov, Voodoo, Seb, BazarChic, leboncoin et de l’expertise de l’ARCEP, de la CNIL, de Forrester ou encore d’Idinvest Partners.