Le projet d’intégration de Facebook, Instagram et WhatsApp, source de défis et d’opportunités

Mark Zuckerberg s’apprête à concrétiser son intention de combiner les plateformes de messagerie et de réseaux sociaux les plus fréquentées au monde. Le fait que sa société soit propriétaire de ces trois services facilite relativement l’opération, du moins en théorie.

Les équipes de Mark Zuckerberg vont en devoir prendre en compte la conformité du nouveau service intégré avec différents cadres réglementaires, afin d’assurer le fonctionnement transparent de la messagerie et la libre circulation des données entre les plates-formes fusionnées. Il ne fait guère de doute que l’interface frontale (le « front-end ») sera simple et élégante, permettant aux utilisateurs d’échanger des messages et de partager des contenus avec leurs contacts sur ces plates-formes. En revanche, les coulisses (le « back-end ») seront constituées d’un certain nombre de systèmes hétérogènes, fonctionnant tous sur différentes infrastructures et intégrant des niveaux de sécurité variables. Tout ce patchwork va devoir être assemblé pour produire la capacité intégrée envisagée par Facebook.

Le projet d’intégration lui-même sera complexe et mobilisera vraisemblablement l’ensemble des ressources informatiques de Facebook, impliquant une collaboration des équipes DevOps, réseau et de sécurité opérationnelle pour la fourniture du nouveau service. Il s’agit en outre d’une plate-forme de dimension mondiale, s’étendant sur de multiples réseaux et zones géographiques. L’ajout de nouvelles capacités d’échange de données sans interruption du fonctionnement de la plate-forme nécessitera une surveillance 24 heures sur 24, au moyen d’outils à même de couvrir tout l’éventail des canaux numériques (infrastructures informatiques, réseaux mobiles et cloud). La mise en place d’un système de surveillance capable d’identifier proactivement tout problème permettra à Facebook d’assurer l’exploitation cohérente et sécurisée de ses services au fur et à mesure de l’introduction de nouvelles fonctionnalités.

La sécurisation de la plate-forme combinée présente un défi considérable, d’autant que celle-ci sera utilisée par des milliards de personnes dans le monde entier afin d’échanger en temps réel des messages écrits ou vocaux, des images et des vidéos. Aussi complexe que soit le projet, Facebook a cependant l’opportunité de simplifier et de clarifier les interfaces servant à l’échange d’informations, ainsi que de développer de nouvelles fonctionnalités telles que l’offre d’un cryptage homogène de bout en bout. Cela facilitera le processus d’intégration et améliorera la sécurité globale des données des particuliers et des entreprises pour l’accès d’application tierces. Là encore, un projet de cette ampleur exigera une visibilité constante, s’appuyant sur des données et analyses intelligentes, qui apporteront aux équipes DevOps, de sécurité et réseau de Facebook une vision en temps réel de l’activité sur leurs plates-formes.

C’est en définitive grâce à cette visibilité en temps réel, tant du point de vue de la sécurité que de l’assurance qualité, que Facebook pourra aller de l’avant en toute confiance. Quelle que soit l’ambition de Mark Zuckerberg, tout problème majeur de disponibilité, de performances ou de sécurité aura un impact sur le succès à long terme de la plateforme « Whatstabook ».

Autour du même sujet

Le projet d’intégration de Facebook, Instagram et WhatsApp, source de défis et d’opportunités
Le projet d’intégration de Facebook, Instagram et WhatsApp, source de défis et d’opportunités

Les équipes de Mark Zuckerberg vont en devoir prendre en compte la conformité du nouveau service intégré avec différents cadres réglementaires, afin d’assurer le fonctionnement transparent de la messagerie et la libre circulation des données...