Adrien Touati (Recatch.tv) "ReCatch.tv compte plus d'un million d'utilisateurs"

Le protégé de Xavier Niel explique le positionnement de sa société qui fait le pont entre TV et Web et dévoile ses perspectives de développement.

JDN. On vous présente souvent comme le protégé de Xavier Niel. Pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec le patron d'Iliad ?

recatch adrien 200
Adrien Touati © RecatchTV

Adrien Touati. J'ai rencontré Xavier Niel alors que je travaillais au développement d'un moteur de recherches pour enfant, axé autour des problématiques de contrôle parental. Devant son enthousiasme pour le projet, je lui ai proposé que l'on collabore, en échange du financement de mes études d'ingénieur à l'EFREI. En parallèle, j'ai développé d'autres solutions telles que l'application Freego qui permet aux clients de la marque de consulter leurs données personnelles, mails ou factures en un clic ainsi que l'application Freemote qui transforme votre smartphone en télécommande. Ces applications payantes, 2,99 euros, ont connu un très fort succès avec plus de 50 000 euros de chiffre d'affaires dégagés pour chacune d'entre elles dès la première semaine. Soit beaucoup plus que les quelques milliers d'euros générés par l'activité du moteur de recherche dans un laps de temps bien plus important. De quoi rapidement me donner le sens des priorités.

Quand avez-vous lancé vote société GoProd ?

C'est en 2009 que j'ai lancé GoProd avec le concours d'Iliad et de la société Petit Poucet qui détenaient chacun 10% (les parts de Petit Poucet ont depuis été rachetées par Adrien Touati, ndlr). Nous avons très vite basculé d'un business model B2C à un business model B2B, au gré des opportunités du marché. En charge des projets mobile de Free, nous occupons désormais la même fonction pour les projets de voitures électriques d'EDF, avec le développement, notamment, d'une application basée sur la géolocalisation et permettant de trouver un endroit où recharger sa voiture. Nous collaborons également avec le site de location de jets privés, Wijet et le spécialiste de la domotique MyFox.

Nous préférons nous concentrer sur trois ou quatre projets par an, quitte à devoir refuser des clients. Cette activité nous permet de financer nos dernières innovations. Goprod a réalisé 350 000 euros de chiffre d'affaires sur l'exercice 2012 pour un résultat net de 200 000 euros.

Au rang des innovations justement, vous avez aussi créé la société ReCatch.tv il y a moins de deux ans...

ReCatch.tv a pour ambition de faire le pont entre les univers du Web et de la télévision. Notre offre se compose d'un moteur de recherche sémantique, d'un système de programmation de l'enregistrement d'une émission à distance et d'un système de recommandation. Autant de fonctionnalités que le portail de Free dédié à la télévision propose, par exemple. 

La société compte déjà une dizaine de salariés et s'apprête à boucler son premier exercice fiscal, long de 22 mois, avec un chiffre d'affaires réalisé qui dépasse le million d'euros.  Notre seule exigence : faire le produit le plus abouti possible. Nous comptons déjà plus d'un million d'utilisateurs sur différentes plateformes.

Quel est votre business model ?

Nous proposons deux modèles de rémunération à nos clients souhaitant proposer nos services. Une licence qui s'accompagne des coûts de développement et un intéressement aux résultats ou une licence et un pourcentage des revenus générés par la publicité. Nous apportons à notre partenaire un gros savoir-faire avec le traitement de problématiques telles que la mise en place d'un API ou l'ergonomie et surtout, nous lui apportons du nouveau business, sans qu'il ait nécessairement besoin d'investir.

Outre Free, quels sont vos partenaires ?

Le groupe Prisma Média a été la première entité à croire en nos solutions et nous a confié il y a un an le développement de l'application Télé-Loisirs qui s'avère être un véritable succès, avec plus de 800 000 utilisateurs actifs par mois. Il faut dire que le groupe a pris très tôt conscience des enjeux qui se dessinaient avec l'essor du mobile.

Nous nous lançons en Autriche et en Allemagne avec deux groupes médias et le même objectif : propulser l'application au rang de leader de sa catégorie sur toutes les plateformes. Nous voulons que la France reste le laboratoire de notre innovation, tout en continuant à nous développer à l'international. Les prochains challenges devraient être le Portugal et l'Espagne, deux marchés où l'emprise d'Android est très forte. Notre développement s'appuiera toujours sur la même stratégie, l'association à une marque forte, sans laquelle il me semble difficile de percer...

Envisagez-vous de travailler avec d'autres FAI en dépit de vos liens capitalistiques ?

Iliad n'a aucune exigence à ce sujet. Xavier Niel estime que dès lors que l'on a une bonne idée, la priorité est d'en faire profiter le plus de monde possible. Les discussions au sujet de l'implantation de Recatch.tv sont en bonne voie avec Orange et Canal Satellite... C'est plus compliqué avec SFR et Bouygues avec qui les relations se sont refroidies pour ne pas dire gelées depuis l'arrivée de Free mobile. Si nous bénéficions le plus souvent de notre relation avec Free, l'amalgame peut, en de plus rares occasions, nous être préjudiciable. 

Diplômé de l'Effrei et âgé de 27 ans, Adrien Touati est le fondateur de Goprod, qui est détenu à 10% par Iliad. Il a fondé il y a moins de deux ans ReCatch.tv dont l'offre se compose d'un moteur de recherche sémantique, d'un système de programmation de l'enregistrement d'une émission à distance et d'un système de recommandation.

"ReCatch.tv compte plus d'un million d'utilisateurs"
"ReCatch.tv compte plus d'un million d'utilisateurs"

JDN . On vous présente souvent comme le protégé de Xavier Niel. Pouvez-vous nous raconter votre rencontre avec le patron d'Iliad ? Adrien Touati © RecatchTV Adrien Touati . J'ai rencontré Xavier Niel alors que je travaillais au...