Tinder l'application de rencontres qui monte, cousine de Meetic

Tinder l'application de rencontres qui monte, cousine de Meetic Présent lors du TechCrunch Disrupt Europe, le fondateur de l'application de rencontres amoureuses a révélé quelques chiffres d'usages... impressionnants.

Parmi les étoiles montantes présentes au TechCrunch Disrupt Europe 2013 figurait une application de rencontres qui, si elle est encore méconnue du grand public, pourrait rapidement entrer dans le top 25 de l'App Store. Tinder n'est, à ce jour, classé qu'en 124e position aux Etats-Unis et 109e position en France, selon App Annie, mais l'application a connu une croissance fulgurante ces derniers jours. La recette du succès est aussi simple que déconcertante. L'utilisateur se connecte à l'application via son ID Facebook, qui permet à Tinder de récupérer nom, âge, localisation, photos postées et orientation sexuelle pour, sur la base de ces informations, proposer des profils affinitaires.

tinder 465
Vers la droite pour faire sa demande, la gauche pour refuser. © Tinder

A l'utilisateur ensuite de "swiper" : vers la droite un profil qui l'intéresse, vers la gauche dans le cas contraire. Lorsque l'intérêt est mutuel, Tinder ouvre une fenêtre de discussion qui permettra à chacun d'engager la conversation. Présent sur scène, le fondateur de l'application, Sean Rad, a révélé que c'étaient aujourd'hui plus de 3,5 millions de "matches" (mise en relation) et 350 millions de "swipes" qui étaient effectués chaque jour. Pas de commentaires, en revanche, sur le nombre d'utilisateurs que compte l'application. Tout juste sait-on que l'application comptait 35 millions de profils en janvier dernier. 

C'est d'ailleurs ce dernier point que Sean Rad semble vouloir s'attacher à travailler, expliquant, comme beaucoup de ses prédécesseurs dans la catégorie "appli qui buzze", ne pas faire de la monétisation une priorité. Amélioration du produit et augmentation de l'audience sont ses mantras. Tout juste a-t-il admis envisager d'introduire de l'achat in-app. Mais nous n'en saurons pas plus. La grande force de Tinder réside peut-être dans le fait que celle-ci est une application de rencontres amoureuses mais pas que... Ce mécanisme qui consiste à connecter deux personnes ayant manifesté un intérêt réciproque est "une chose universelle, en amitié, comme en business, comme partout", selon Sean Rad.

Et si Tinder a permis de nombreuses rencontres amoureuses, à commencer par Sean Rad et sa compagne, l'application est également utilisée dans une optique plus "amicale". De quoi augurer un beau potentiel de croissance... et envisager une levée de fonds de plusieurs millions de dollars dans les semaines qui suivent ? Pas forcément, Tinder est en fait majoritairement détenue par IAC/InterActiveCorp, le groupe américain qui compte dans ses rangs Match.com, le leader de la rencontre aux Etats-Unis, mais aussi Meetic, son homologue européen.

Annonces Google