Auto-entrepreneurs : après les pigeons, les poussins se rebiffent

Inspirés du mouvement des pigeons, les "poussins" espèrent voir le gouvernement revenir sur la réforme annoncée limitant la durée du statut d'auto-entrepreneur.

Ceux qui croyaient ne plus entendre les entrepreneurs s'attribuer des noms d'oiseaux se sont trompés : après les pigeons, c'est au tour des poussins de se plaindre. Il s'agit en réalité d'un mouvement opposé au projet de loi visant à réduire la durée du statut autoentrepreneur. Le 10 avril dernier, le ministère de Sylvia Pinel de l'artisanat, du commerce et du tourisme laissait entendre qu'il désirait limiter de 1 à 5 ans le statut d'auto-entrepreneur et inciter ces derniers à "glisser vers les statuts classiques, avec un dispositif de transition aménagé".

En un mois, ce mouvement qui se caractérise par le hashtag #pioupiou sur Twitter a réussi à rassembler plus de 9 000 signataires à sa pétition. Reste à savoir si Sylvia Pinel sera autant réceptive que Fleur Pellerin le fut durant la fronde des pigeons (lire "Génération pigeons", la révolte des entrepreneurs racontée par Jean-David Chamboredon, du 25/04/13). Sur les 900 000 auto-entrepreneurs en exercice, près de la moitié ne dégage pas de chiffre d'affaires. Parmi les autres, 90% réalisent un CA inférieur au Smic.

Annonces Google