Pierre-Antoine Robineau (HP) "Les TPE sont en situation de risque avec la fin du support de Windows XP"

Les marques parlent aux lecteurs du JDN - en savoir plus ?

Entretien avec Pierre-Antoine Robineau, Category manager, chef de produit Mobilité professionnelle, à propos de la migration des entreprises françaises vers Windows 8.

A un mois de la fin du support de Windows XP par Microsoft, les entreprises françaises sont-elles prêtes ?

pierre antoine robineau
Pierre-Antoine Robineau est Category manager, chef de produit Mobilité professionnelle, chez HP. © S. de P. HP

Pierre-Antoine Robineau. Toutes les entreprises ne sont pas logées à la même enseigne. Les grands comptes, et plus généralement les entreprises qui ont une gestion professionnalisée de leurs services informatiques, maîtrisent bien le sujet. Elles ont anticipé la fin du support de Windows XP et les risques que cela engendrait. Du coup pour elles, c'est de l'histoire ancienne.

En revanche, pour les petites structures dont l'informatique n'est pas le métier et qui n'ont pas de compétence ni en interne, ni chez le partenaire qui assure leur support quotidien, il y a un risque. Pour un fleuriste, la fin du support de Windows XP, ça ne lui dit pas grand chose. Pour une petite structure comme celle-ci, changer un PC, c'est déjà une épreuve dont elle veut se débarrasser au plus vite. Les TPE en général sont en situation de risque. De même que les administrations dont les budgets sont gelés depuis des années.

 

Quelle est la part du parc informatique des entreprises françaises tournant sous Windows XP aujourd'hui, Microsoft tablait sur 10% début avril ?

Nous n'avons pas de chiffre précis. C'est au sein des 3 millions de TPE que la proportion est la plus élevée. Ce sont des PC fixes, les plus difficiles à changer et les plus vulnérables. Les utilisateurs de portables ont tendance à renouveler plus souvent leur matériel. Ce qui est certain, c'est que le chiffre actuel dans le monde professionnel est au-dessus de 10%.

 

Pourquoi les entreprises tardent-elles à faire migrer l'ensemble de leur parc ?

Le premier facteur d'explication est la méconnaissance. Il y a le caractère anxiogène du changement. Quand on est plongé au quotidien dans son activité, on a tendance à repousser au lendemain ce genre de chose.

C'est l'avantage de notre tissu très dense de partenaires locaux. Ce sont 4 000 partenaires (le réseau PartnerOne, ndlr) qui sont en mesure de les conseiller, de les accompagner, de les aider à migrer des applications ou bien faire de la formation. D'ailleurs 90% des entreprises de moins de 100 salariés s'en remettent à un vendeur pour la gestion en général de leur informatique.

 

Comment ces PME vont-elles faire quand le support cessera ?

Mettons-nous à la place d'une organisation cybercriminelle, et imaginons l'opportunité que représente la fin du support de Windows XP et chaque faille de sécurité qui sera découverte à partir du 8 avril prochain. Espérons que la sensibilisation par les médias aura joué son rôle d'ici là et poussera les entreprises fragilisées à se prémunir au plus vite. Nous allons mener un tour de France aux mois de mars et d'avril pour rappeler aux partenaires revendeurs le rôle qu'ils ont à jouer dans la sensibilisation des petites entreprises.

 

Microsoft a annoncé une prolongation du support de sécurité pendant un an après la fin du support de Windows XP, est-ce que cela suffira à protéger les entreprises pendant cette période ?

Il s'agit de la mise à jour de la suite de sécurité. Ça ne corrige pas les failles du système, juste les conséquences. C'est une phase de transition, afin que l'on ne soit pas complètement dépourvu de solution. Mais ce sont des solutions limitées au strict minimum. Un peu comme si on remplaçait le casque par des pansements...

 

Observe-t-on un changement d'attitude des responsables informatiques à quelques semaines du jour fatidique ?

On ne peut pas parler d'un mouvement de panique. Mais à la différence d'il y a deux ans quand les grandes entreprises ont fait leur migration, elles ont fait le choix de Windows 7. Aujourd'hui les petites entreprises qui font migrer leur système se tournent plutôt vers Windows 8 Professionnel. Face à la multiplicité des formats de machines proposés par le marché, les responsables d'entreprises envisagent Windows 8 comme une possibilité de mieux satisfaire ses collaborateurs, d'être plus mobile, plus performant et de renvoyer une autre image. Plutôt que de proposer un portable sous Windows 7, on peut trouver un format novateur qui leur permet de travailler tous les jours sur une machine aussi sympa que ce qu'ils ont à la maison, dont la batterie tient toute une journée, qui va leur permettre de faire des présentations en mode tactile devant des clients, de mixer ses usages personnels et professionnels... Au final, ce seront des collaborateurs plus performants et davantage satisfaits.

 

Que proposer au fleuriste pour remplacer son PC fixe ?

On a un éventail de solutions très vastes, y compris des solutions PC traditionnel si la TPE veut limiter ses coûts au maximum. Mais il y a également des solutions plus modernes avec, par exemple, un format tout-en-un qui permet de gagner de la place et de renvoyer une image plus positive. Comme ils sont tout équipés, les gérants de TPE règlent la migration de leur informatique en une seule fois. Une seule prise à brancher et ils ont la webcam, les hauts-parleurs, le Wifi... et il n'y a plus rien à ajouter après. 

Mais on peut aussi s'équiper d'un ordinateur aussi pro que perso qu'on emmène chez soi après le travail. Les portables détachables équipés en Windows 8 peuvent être utilisés avec un clavier en utilisant l'interface Pro de Windows ou en mode tactile avec l'interface Modern. Ce qui permet aussi de switcher facilement entre pro et perso.

Annonces Google