Brigitte Cantaloube et Erik-Marie Bion (Search Alliance) "Le partenariat entre Yahoo! et Microsoft donne accès à 12,2 millions de visiteurs uniques sur une seule plateforme"

Brigitte Cantaloube, directrice générale de Yahoo! France, et Erik-Marie Bion, directeur de Microsoft Advertising expliquent en quoi la search alliance doit leur permettre de rivaliser avec Google et comment ils escomptent séduire les annonceurs.

La search alliance entre Yahoo! et Microsoft, annoncée depuis fin 2010, est effective depuis peu. Comment va-t-elle s'orchestrer de manière opérationnelle ?

Brigitte Cantaloube (Yahoo!). Cela fait plus d'un an que nos équipes préparent cette migration qui vise à simplifier les campagnes de search des clients de Yahoo! et Bing, en les intégrant sur une plateforme unique. Les équipes commerciales de Yahoo! s'occupent des annonceurs grands comptes et des agences media alors que Microsoft prend, de son côté, en charge les annonceurs PME gérant leurs campagnes de façon autonome. L'adCenter de Microsoft Advertising devient à présent la seule plateforme utilisée pour toutes les campagnes search marketing sur Yahoo! Search et Bing.

En quoi ce nouveau modèle peut-il séduire les annonceurs ?

Erik-Marie Bion (Microsoft). La mutualisation de nos efforts nous permet d'atteindre une taille critique nécessaire à l'amélioration de notre offre. Les algorithmes utilisés par les moteurs de recherche se nourrissent des requêtes effectuées: plus ces dernières sont nombreuses, plus les résultats obtenus par les internautes seront pertinents. Selon les données communiquées par Comscore, notre alliance représente plus de 12,2 millions de visiteurs uniques par mois. J'ajoute que, parmi eux, près d'1,4 million viennent exclusivement sur nos moteurs de recherche et ne sont donc pas accessibles aux annonceurs passant par Google.

Brigitte Cantaloube. En captant davantage de recherches en ligne, la search alliance vise effectivement à améliorer la rentabilité offerte aux annonceurs en ligne. Surtout, l'arrivée d'une plateforme conjointe simplifie considérablement la gestion des campagnes publicitaires pour les annonceurs. Les dépenses en temps et en ressources, qui étaient l'un des freins à l'arrivée de nouveaux clients, sont considérablement réduites ! Il n'y a plus qu'une seule facture, un seul interlocuteur et un seul outil d'analyse pour caricaturer. Notre offre devient donc mécaniquement plus performante pour les marques qui optimisent leur retour sur investissement. Je pense donc que l'on pourra observer les mêmes évolutions aux Etats-Unis où la search alliance nous a permis de grignoter des parts de marché. Car c'est bien l'objectif de ce partenariat : gagner des parts de marché et développer notre chiffre d'affaires.

L'hégémonie de Google sur le marché français, avec plus de 90% de parts de marché, est cependant bien plus importante qu'aux Etats-Unis...

Erik-Marie Bion. Nous n'avons effectivement pas le même reach qu'aux Etats-Unis mais je pense que tous les annonceurs ont intérêt à considérer cette alternative qui, par sa compétitivité et les volumes qu'elle propose, peut leur permettre d'accroître le ROI de leurs campagnes. Le search marketing doit à mon sens être considéré non pas comme un budget mais comme un investissement, dans la mesure où il génère des ventes. A ce titre, il est probable que les annonceurs, plutôt que de réallouer une partie de leurs dépenses search vers notre alliance, décident tout simplement de les augmenter. Parce que cela fonctionne et leur rapporte.

Ce partenariat est d'autant plus pertinent qu'il s'opère alors que les tarifs du search décollent sur certains secteurs arrivés à maturité, la faute à une distorsion entre une demande toujours croissante et des volumes qui n'augmentent pas forcément. J'en veux pour preuve les CPC élevés que l'on constate sur certains secteurs tels que le voyage, la banque ou l'automobile. La search alliance peut, à ce titre, constituer une véritable bulle d'air.

Brigitte Cantaloube est directrice générale de Yahoo! France qu'elle a rejoint en 2006 alors qu'Erik-Marie Bion est directeur de la régie publicitaire Microsoft Advertising, depuis août 2011. Les deux entités ont lancé courant 2009, un accord portant sur les activités "search", la search alliance qui est effective aux Etats-Unis et au Canada depuis fin 2010. Ce dispositif va être très prochainement mis en place en Allemagne, en Autriche et en Suisse.

Annonces Google