Bridage de Youtube : Free ne viole pas la neutralité du Net

Bridage de Youtube : Free ne viole pas la neutralité du Net L'enquête menée par l'Arcep conclut que les pratiques du fournisseur d'accès ne sont pas discriminatoires envers le site de vidéos de Google.

L'Arcep a tranché : Free ne viole pas le principe de neutralité du Net dans ses pratiques à l'égard de Youtube. Les abonnés fixes du fournisseur d'accès se plaignent depuis des mois de la lenteur de leur connexion lorsqu'ils consultent Youtube. Le président de l'UFC Que Choisir ayant saisi l'Arcep en septembre 2012 à ce sujet, le régulateur des télécoms avait ouvert une enquête administrative visant à démêler les conditions techniques et financières de l'acheminement du trafic entre l'opérateur et la plateforme vidéo de Google. Conclusion : "L'enquête n'a pas mis en évidence de pratiques discriminatoires dans les modalités d'interconnexion et d'acheminement de trafic de données entre les deux sociétés".

Les opérateurs sont censés assurer une égalité de traitement entre les flux qu'ils transportent. Mais certains sites tels que Youtube, gourmands en bande-passante, ont tendance à boucher les tuyaux. Ils passent donc des accords d'interconnexion avec les opérateurs. Or ceux-ci leur demandent de plus en plus souvent de payer une partie des investissements d'infrastructure à réaliser pour acheminer ces flux. Youtube refusant de payer, Free limite à une certaine taille la bande-passante accordée au site de vidéos, pour que le trafic des autres sites acheminé dans le même tuyau que Youtube ne se retrouve pas congestionné.

Afin que les consommateurs disposent d'une meilleure information sur la qualité des connections, l'Arcep publiera à partir de la fin 2013 un observatoire semestriel de la qualité du service fixe d'accès à l'Internet en fonction des opérateurs.

Autour du même sujet

Annonces Google