Google Maps bientôt capable de dire si le métro est bondé ?

Google Maps bientôt capable de dire si le métro est bondé ? L'application a commencé à demander à ses utilisateurs d'évaluer le taux de remplissage de leurs rames de métro.

[Article mis à jour le 17 avril 2019 à 12h25] Google Maps renforce ses informations sur les transports en commun, à nouveau grâce au crowdsourcing. Comme l'a répéré Android Police, l'appli de cartographie a commencé à demander aux utilisateurs de son calculateur d'itinéraire pour les transports en commun de noter à quel point leur métro était bondé. Avec  quatre degrés d'affluence : "beaucoup de sièges disponibles", "quelques sièges disponibles", "places debout uniquement" et "écrasé, places debout uniquement". L'expérimentation ne semble pas limitée aux Etats-Unis comme c'est souvent le cas : des utilisateurs rapportent également l'apparition de cette demande d'information à Stockholm, Paris et Tokyo. Ce genre d'informations pourrait permettre à Google de renseigner en temps réel l'affluence d'une ligne de métro, mais aussi de proposer des statistiques sur les moments de la journée et de la semaine les plus populaires, comme il le fait déjà avec les musées. Google n'a en tout cas rien inventé : cette fonctionnalité existe déjà au sein du calculateur d'itinéraires Moovit.

Lancé en 2004, Google Maps est la première grosse diversification de Google après son iconique moteur de recherche. Cette appli de cartographie est l'un des services les plus populaires de la galaxie Google, avec plus d'un milliard d'utilisateurs mensuels actifs. C'est de loin le plus utilisé dans sa catégorie, même si de nombreux concurrents font de la résistance. Son succès a été décuplé par l'avènement des smartphones. Préinstallé sur les téléphones Android (le système d'exploitation mobile de Google) mais aussi pendant des années sur les terminaux d'Apple, l'appli a pris tout son sens en permettant de trouver son chemin en déplacement grâce à la géolocalisation. Google Maps s'est enrichi  de nombreuses fonctionnalités supplémentaires, comme le calcul d'itinéraires en voiture et en transports ou encore la vision des rues à 360 degrés avec Street View.

Itinéraire Google Maps

Un calcul d'itinéraire en voiture dans Google Maps © Capture d'écran JDN

En plus d'une simple géolocalisation, l'application propose un calcul d'itinéraire : après avoir renseigné son adresse de départ et d'arrivée, elle est capable d'indiquer comment s'y rendre et le temps qu'il faudra, aussi bien à pied qu'en voiture ou en vélo. Pour les cyclistes, Maps tente dans la mesure du possible d'emprunter les pistes cyclables. Et en trajet automobile, l'utilisateur dispose de l'option "Démarrer le mode Voiture", accessible depuis le menu. Google Maps se transforme alors en un GPS à la Waze (un autre service de la galaxie Google). L'appli permet aussi de trouver une place de parking proche de sa destination, ainsi que des stations essence en route. Dans certains véhicules récents, les conducteurs peuvent également retrouver une interface de navigation Google Maps intégrée à leur écran de bord via Android Auto, le système d'exploitation automobile de Google.

Google Maps France

Google Maps développe toutes sortes de fonctionnalités spécifiques aux villes et pays dans lesquels il est disponible, en nouant des partenariats ou en aspirant des données en accès libre. Dans des grandes villes comme Paris et Lyon, Google Maps permet par exemple de trouver la meilleure combinaison de transports en commun pour arriver le plus vite  possible à destination, grâce à l'open data mis à disposition par les collectivités et leurs opérateurs de transports. Les VTC ont fait leur apparition en 2017, grâce à des partenariats commerciaux avec Uber, Kapten (ex-Chauffeur Privé) et Txfy. L'utilisateur peut comparer les fourchettes de prix des trois plateformes, avant d'être renvoyé vers l'application du VTC choisi. Sur les longues distances, Google Maps propose des trajets en train ou en covoiturage avec BlaBlaCar. En mars 2019, les trottinettes en libre-service de Lime ont également fait leur apparition à Paris, Lyon et Marseille.

Google Earth

La nouvelle version de Google Earth © Capture d'écran JDN

Se balader en haut d'une chaîne de montagnes, survoler la Muraille de Chine… à son lancement en 2011, Google Earth est révolutionnaire. Jamais jusqu'ici il n'avait été possible d'accéder à une telle masse d'images satellite couvrant une bonne partie du globe. Disponible au départ via un logiciel de bureau, Google Earth est désormais accessible directement depuis un navigateur ou via une appli pour iOS et Android. Sa dernière version offre de nouvelles fonctionnalités qui guident l'utilisateur pour faciliter les découvertes, comme des recherches en langage naturel ("désert de sel", "montagne qui dépasse 10 000 mètres"), des sélections thématiques ("volcans en activité") ainsi que des séries de fiches renseignant sur toutes sortes de curiosité du monde. Une vision satellite et 3D plus rudimentaire est aussi disponible directement sur Google Maps.

Street View

A quoi ressemble une rue ou un quartier ? Google Maps a la réponse grâce à sa fonctionnalité StreetView, qui permet de visualiser une ville en trois dimensions, puis de s'y déplacer dans n'importe quelle direction en suivant les routes. Une tâche titanesque : pour réaliser ces visualisations en 3D, Google fait circuler des voitures surmontées d'une sorte de trépied sur lequel sont disposés une multitude d'appareils photo qui capturent constamment des images dans toutes les directions. Voilà pour le type de collecte le plus répandu. Mais pour capturer toujours plus de lieux, les équipes de Street View emploient parfois d'autres méthodes lorsque l'endroit est inaccessible aux voitures. Un sac de randonnée pour les endroits les plus reculés, un chariot adapté aux musées, mais aussi un tricycle pour arpenter les petites rues piétonnes européennes ou les campus universitaires. Et même une motoneige, qui a servi à capturer une station de ski canadienne ! En 2017, les équipes de Street View avaient couvert 16 millions de kilomètres avec leurs caméras à 360 degrés depuis la création du service dix ans plus tôt.

Concurrents Google Maps

Si Google Maps est ultra dominant grâce à sa gratuité pour les utilisateurs, sa mise en avant par le moteur de recherche de Google et sa préinstallation sur les smartphones Android, de nombreuses alternatives existent. Avec des concurrents au modèle similaire, comme ViaMichelin ou Mappy en France. D'autre sont des projets open source, tel Open Street Map, tandis que certains, comme Here Technologies, se concentrent sur la vente de leurs services à des entreprises ayant besoin de cartographie. D'anciennes gloires du GPS comme TomTom font aussi de la résistance. Les concurrents de Google Maps ont d'ailleurs connu un regain d'intérêt depuis que ses tarifs ont fortement augmenté en 2018 pour les entreprises qui intègrent ses cartes à leurs sites et services. Voici une liste des principales alternatives à Google Maps.

Modèle économique

Google Maps se rémunère de plusieurs manières. D'abord, de façon assez classique pour Google, via la publicité. Des partenariats avec des entreprises comme BlaBlaCar ou Uber qui mettent en avant leurs services dans le calculateur d'itinéraire, permettent à Google de toucher une commission sur chaque trajet envoyé vers ces applications. Par ailleurs, les déplacements de l'utilisateur en disent beaucoup sur ses habitudes de consommation et participent donc à bâtir un profil de ciblage publicitaire, au même titre que le moteur de recherche de Google ou Gmail. L'autre grande source de revenus de Maps vient des entreprises qui intègrent son service auprès d'une audience massive. Au-delà d'un certain seuil de consultations de son interface de programmation (API), l'utilisation par les pros de services comme la géolocalisation ou le calcul d'itinéraire, devient payante.

Et aussi

Autour du même sujet

Google Maps bientôt capable de dire si le métro est bondé ?
Google Maps bientôt capable de dire si le métro est bondé ?

Sommaire Itinéraire Maps Google Maps France Google Earth Street View Concurrents Modèle économique [Article mis à jour le 17 avril 2019 à 12h25]  Google Maps renforce ses informations sur les transports en commun, à...