Cloud gaming, futur du jeu vidéo ?

Les jeux vidéo changent avec le temps. Nous allons vers une dématérialisation progressive des supports. Le cloud gaming est un de ses penchants.

onlive2
OnLive, un modèle du genre qui a su fédérer sous sa bannière les plus grands éditeurs. © OnLive

Mais qu'est ce que le Cloud Gaming ? Tout d'abord il faut savoir que ce terme prend appui sur celui du Cloud computing, apparenté au Web et son accès aux différents services qu'il contient sans toutefois à avoir gérer l'infrastructure qui prend en charge le tout. Le Cloud gaming c'est donc pouvoir jouer à un jeu vidéo sans pour autant ni disposer de la console (Xbox 360 et consorts), ni avoir recours au support correspondant à une œuvre vidéo-ludique. Si l'on pouvait apparenter ce style à quelque chose, on pourrait parler de jeux vidéo à la demande (JVoD). Les différents constructeurs du parc console ont installé, pour la génération actuelle, des plates-formes de téléchargements à l'instar du Xbox Live, du PSN ou du Wii Ware. Ici l'on achète des jeux avec des points ou par carte bleue.

Le fonctionnement du Cloud gaming.

Pour fonctionner, le Cloud Gaming a besoin d'une connexion Internet, en ADSL tout du moins. L'utilisateur aura donc besoin d'un terminal lui permettant d'accéder au Web vétuste ou pas. Car c'est bien là la force du Cloud Gaming. Ce ne sont plus les composants et caractéristiques de la machine qui compteront, mais bien la qualité du réseau. Plus la connexion sera rapide, plus le jeu sera beau et détaillé. Comme ordre de grandeur, Onlive ( on y reviendra ) a annoncé qu'une bande passante de 1,5 Mb/s permettra de jouer avec des graphismes du niveau de la Wii alors qu'une de 4 à 5 Mb/s offrira une image HD. Fini le temps où il fallait s'équiper d'un PC de bête pour jouer à des jeux gourmands en ressources. Pour trouver les œuvres vidéo ludiques, il faudra se rendre sur les portails des différents constructeurs. Il sera alors possible de télécharger ( en payant ) des jeux pour une période donnée dans un catalogue. Si on ne sait pas vraiment encore bien ce que les différents dispositifs contiendront, il est sûr que certains éditeurs pourraient être attirés par l'odeur des profits. Onlive l'a bien compris. 

Onlive la guerrière.

onlive3
Petit, intelligent et pratique, le petit boitier made in OnLive est vraiment ingénieux. © OnLive

Bien qu'elle ait proposé son système après la concurrence ( Otoy, le premier à avoir présenté son projet), l'entreprise OnLive a montré à la GDC 2009, qu'elle avait son mot à dire sur le marché du JVoD. Le projet se démarque par son inventivité et ses partenariats multiples. OnLive a su séduire en assurant aux éditeurs une proposition sûre et fiable. OnLive s'est associé aux plus gros éditeurs : Take Two, THQ, Eidos, Atari, Warner, Ubisoft et Electronic Arts, rien que cela ! Le matériel nécessaire est le petit boîtier fournit par OnLive ainsi qu'une petite manette. Le boîtier se relie au téléviseur via un câble HDMI. Pour jouer sur ordinateur ( PC ou Mac ), il suffira de télécharger un plug-in de 1Mo. Plus besoin de s'inquiéter pour le téléchargement, c'est le serveur qui se charge d'héberger le jeu. Plus de mémoire consommée donc. Plus besoin non plus de s'en faire pour les différents correctifs ou extensions, OnLive gère également l'affaire. Pour jouer il vous suffit de vous rendre sur le menu du service et de choisir le jeu que vous souhaitez essayer. La plate-forme prend également à son compte les sauvegardes. On croirait rêver !

Annonces Google