Chômage en France : taux de chômage stable au troisième trimestre 2021

"Chômage en France : taux de chômage stable au troisième trimestre 2021"

Chômage en France : taux de chômage stable au troisième trimestre 2021 Selon l'Insee, le taux de chômage s'établit à 8,1% au troisième trimestre 2021, contre 8%. L'institut national des statistiques dénombre 52 000 demandeurs de plus qu'au trimestre précédent.

[Mise à jour du lundi 22 novembre 2021 à 11h47] Le taux de chômage est presque stable au troisième trimestre 2021. L'institut national des statistiques et des études économiques (Insee) a en effet enregistré un taux de 8,1% pour la France hors Mayotte, contre 8% au trimestre précédent. Le taux de chômage augmente légèrement pour les personnes de 15 à 24 ans et reste stable pour les autres catégories d'âge.

Le chômage continue sa lente baisse en France.  Sur les trois premières catégories, A, B, C, la baisse est de 1,9% sur un trimestre en France Métropolitaine selon Pole Emploi, ce qui représente 110 900 personnes en moins, et de 3,6% sur un an. Au total, le nombre de demandeurs d'emploi dans ces catégories, qui représentent les personnes tenues de chercher un emploi, s'établit à 5 577 800 au troisième trimestre 2021 en France Métropolitaine.

Le nombre de chômeurs de catégorie A (c'est-à-dire en recherche d'emploi et n'ayant exercé aucune activité) a lui diminué de 5,8% sur le trimestre (203 100 chômeurs en moins), et de 10% sur un an. La catégorie B, qui correspond aux personnes exerçant une activité réduite de courte durée, connait une baisse de 0,1% sur le trimestre. En revanche, dans la catégorie C, le nombre de personnes exerçant une activité réduite de longue durée croit de 6,5%.

La diminution s'accélère donc par rapport au deuxième trimestre, puisqu'elle était alors de 1,4% pour la catégorie A, de 0,5% pour l'ensemble des trois catégories, et que le nombre de chômeurs augmentait même de 4% en catégorie B.

Par ailleurs, dans les catégories D et E, correspondant aux chômeurs qui ne sont pas tenus de chercher un emploi, 766 100 personnes sont enregistrées au troisième trimestre.

Le 9 novembre 2017, Pôle emploi et le ministère du Travail ont annoncé qu'à partir du mois de janvier 2018, la Dares (le service d'études et statistiques du ministère du Travail) publiera tous les trois mois le nombre de demandeurs d'emploi. Jusqu'à présent, les chiffres étaient rendus publics tous les mois. Selon le communiqué de presse de la Dares, "cette refonte de la publication vise à mettre l'accent sur les évolutions tendancielles de ces statistiques plutôt que sur leurs variations au mois le mois, qui sont très volatiles et parfois difficiles à interpréter". Cependant, depuis, la Dares a recommencé à publier les chiffres mensuels en complément des chiffres trimestriels.

Les chômeurs en France

La tendance est à la baisse pour toutes les catégories d'âge et de genre.

Selon Pole Emploi et la Dares, le nombre de jeunes chômeurs (moins de 25 ans) en France Métropolitaine passe de 519 300 au troisième trimestre 2020 à 442 200 au troisième trimestre 2021 soit une baisse de 14,8% en un an. Le nombre de chômeurs de plus de 50 ans passe lui de 968 700 à 921 600 sur la même période soit une baisse de 4,1%.

Les chômeurs en France, selon la catégorie

Au troisième trimestre 2021, la France compte 3 544 100 demandeurs d'emploi en catégorie A (sans emploi), dont 3 307 400 chômeurs en France métropolitaine uniquement, et 2 270 400 en activité réduite (catégories B et C) en Métropole. Le nombre de chômeurs baisse pour la catégorie A avec -5,8% en France métropolitaine (-5,5% sur l'ensemble du territoire) par rapport au trimestre précédent, mais augmente de 4,2% pour les catégories B et C. Sur an, l'évolution est de respectivement -10% en catégorie A en France métropolitaine (-9,7% sur l'ensemble de la France), +7,4% en catégories B et C en France métropolitaine.

Le chômage en France, selon la durée

Entre le troisième trimestre 2020 et le troisième trimestre 2021, le nombre d'inscrits depuis moins d'un an en France métropolitaine passe de 3 019 800 à 2 813 200, ce qui correspond à une baisse de 6,8%. Le nombre d'inscrits depuis un an ou plus est en baisse de 0,1% (de 2 767 400 à 2 764 600) sur la même période.

Les motifs du chômage en France

Selon Pole Emploi, la première raison d'inscription à Pôle Emploi est une fin de contrats, qui concerne 93 600 chômeurs au troisième trimestre 2021, suivie par une réinscription rapide, qui concerne 85 800 nouveaux chômeurs, presque à égalité avec un retour d'inactivité avec 85 500 nouveaux chômeurs. Cela représente respectivement 18,6% et 17,1% et 17% des entrées au chômage.

Les ruptures conventionnelles représentent elles 36 700 personnes, soit 7,3% des inscriptions. En revanche, les licenciements économiques sont plus rares et comptent pour 1,9% des inscriptions avec 9 800 cas.

Le taux de chômage en France

D'après l'Insee, sur le troisième trimestre 2021, le taux de chômage dans l'Hexagone s'élève à 8,1% de la population (7,9% en France Métropolitaine)  soit une hausse de 0,1 point par rapport au deuxième trimestre 2021.  Le taux de chômage des moins de 25 ans demeure élevé (20%), en légère hausse par rapport au trimestre précédent où il s'élevait à 19,7%. Chez les 25-49 ans, le taux de chômage est resté à 7,1%. Le taux de chômage des plus de 50 ans se maintient à 5,9%.

Le nombre de chômeurs par département

Selon les données de Pole Emploi, en août 2021, en France, les départements qui comptent le plus de chômeurs de catégorie A sont les Bouches-du-Rhône, La Réunion, le Nord, Paris, le Rhône et la Seine-Saint-Denis.

C'est dans le département du Nord que les chômeurs de catégorie A sont les plus nombreux. Ils sont 160 330 en septembre 2021 contre 169 870 en août (-5,6%). Deuxième département dans lequel le nombre de chômeurs est le plus élevé : Paris avec 129 290 contre 143 090 inscrits en août (-9,6%). Ce sont les Bouches-du-Rhône qui complètent le podium avec 126 630 inscrits contre 133 990 (-5,5% sur un mois).

A l'opposé de l'échelle, les départements qui comptent le moins de chômeurs sont la Lozère (2 260 contre 2 310 en août, soit une baisse mensuelle de 2,1%), le Cantal (3540 soit 120 de moins que le mois précédent, une baisse de 3,3%) et la Creuse (4530 contre 4 770, soit une baisse de 5% sur un mois). Les chiffres nationaux cités sont corrigés des variations saisonnières et des jours ouvrables.

Bon à savoir

Le nombre de chômeurs en France représentés dans le premier graphique sont les demandeurs d'emploi de catégorie A inscrits à Pôle Emploi, c'est-à-dire les personnes sans emploi "tenues de faire des actes positifs de recherche d'emploi" et donc non les chômeurs de longue durée. Les données présentées concernent les demandeurs d'emploi inscrits en fin de mois à Pôle emploi, l'organisme en charge de la lutte contre le chômage.

La notion de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi est donc différente de celle de chômeurs au sens du Bureau international du travail (BIT). Un chômeur au sens du BIT est une personne en âge de travailler (15 ans ou plus) qui n'a pas travaillé, ne serait-ce qu'une heure, au cours de la semaine de référence, qui est disponible pour une embauche dans les 15 jours et qui a cherché activement un emploi dans le mois précédent ou en a trouvé un qui commence dans les trois mois. De la classification des demandeurs d'emploi dépend également tout un système d'aide, de droits, d'allocations et même de formation.

Le taux de chômage présenté dans le second graphique est un bon indicateur de la santé économique d'un pays. De manière générale, le taux de chômage correspond à la part de la population active qui est au chômage. Sont répertoriées dans la population active les personnes qui occupent effectivement un emploi, y compris celles qui travaillent à temps partiel, et celles qui sont en recherche active d'emploi. Il ne suffit donc pas d'être en âge de travailler pour être comptabilisé dans la population active. La définition du taux de chômage peut varier d'un pays à l'autre, en fonction des critères retenus par les instituts nationaux de statistique.

Ce taux de chômage est calculé par l'Insee selon les normes du Bureau international du travail (BIT) selon lesquelles un chômeur est une personne de plus de 15 ans qui remplit trois critères. D'abord, elle n'a pas travaillé du tout au cours de la semaine de référence. Ensuite, elle est disponible pour travailler dans les deux semaines. Enfin, elle a recherché activement un travail dans les trois dernier mois ou en commence un dans moins de trois mois.