DynamicScreen lève 1,2 million d'euros pour dynamiser la communication des entreprises

La start-up spécialisée dans l'affichage dynamique sur écran en entreprise a profité du confinement pour lancer des produits adaptés aux nouvelles conditions de travail et de consommation.

Le confinement a été productif pour la start-up française DynamicScreen, spécialiste de l'affichage dynamique en entreprise et magasin, alors en négociation pour sa première levée de fonds. L'affaire a été bouclée début juin, pour un montant total de 1,2 million d'euros financés par Newfund NAEH, investisseur principal à hauteur de 250 000 euros, NACO, GSO Innovation Crédit Agricole Aquitaine Expansion et Management et Systèmes. "Nous faisons partie des rares pour lesquels une opération de ce type n'a pas été remise en question", se félicite Benjamin Gauthier, cofondateur et CEO.

L'argent levé doit permettre à l'entreprise "d'accélérer son développement commercial" et de "renforcer sa R&D"

Lancée en 2018, la jeune pousse permet à ses clients de piloter à distance des écrans, installés sur site pour leur communication interne, en point de vente pour communiquer auprès des consommateurs, voire dans les entrepôts ou l'espace public. La société compte parmi ses clients Google, Veolia, Sanofi, Beauty Success ou encore Spendesk.

"Soit nos clients créent du contenu depuis notre dashboard, soit ils connectent leurs outils métiers - intranet, Salesforce, Facebook entreprise, etc. - ce qui leur permet de diffuser par exemple leur nombre de leads dans Salesforce, les derniers posts publiés sur leur page Facebook… Et surtout de constituer ainsi une playlist alimentée à 80/90% par des contenus qui sont mis à jour automatiquement", détaille le dirigeant. Le prix de l'abonnement facturé par DynamicScreen va de 25 à 45 euros par mois par écran, et est dégressif en fonction du nombre d'écrans et de la durée d'engagement. Le tarif dépend aussi des fonctionnalités incluses dans l'offre choisie. "Nous proposons par exemple une fonctionnalité premium baptisée Designer qui permet, depuis notre dashboard, de créer des templates qui vont pouvoir être réutilisés par les collaborateurs", illustre Benjamin Gauthier.

Pendant le confinement, DynamicScreen a lancé la solution RemoteBoard, permettant de prolonger l'affichage sur écran en entreprise sur les PC et smartphones des collaborateurs

Bien sûr, la jeune entreprise a dû adapter son offre aux nouvelles conditions de travail et de consommation. Pendant le confinement, DynamicScreen a lancé RemoteBoard, un outil qui permet d'étendre l'utilisation de sa solution d'affichage dynamique sur PC ou smartphones. "Certains clients commencent par installer Remoteboard avant d'installer notre solution sur des écrans installés dans un espace public, précise le CEO. Nous avions conçu cela comme une solution qui puisse être temporaire mais nous allons la pérenniser."

Autre produit né de la crise sanitaire, StoreGuard, lancé en partenariat avec Samsung, notamment, avec qui la start-up travaillait déjà, sa solution étant embarquée dans les écrans professionnels du constructeur depuis plus d'un an. "StoreGuard est une dispositif plug and play autonome alliant une caméra de comptage, installée au-dessus de l'entrée d'un bâtiment, et un écran, visible depuis l'extérieur par les consommateurs qui font la queue et sur lequel s'affiche du contenu qui s'adapte automatiquement, détaille le patron de DynamicScreen. Par exemple, une fois la capacité d'accueil maximale atteinte, l'écran permet d'afficher cette information mais aussi de rappeler les gestes barrières ou encore de mettre en avant des publicités. Et une fois que le bâtiment se vide et que d'autres personnes peuvent entrer, le contenu se réadapte."

En partenariat avec Samsung, la start-up a développé un dispositif alliant caméra de comptage et écran d'affichage dynamique à l'extérieur des bâtiments

Avec l'argent de cette levée, DynamicScreen prévoit de recruter des commerciaux à Paris et Bordeaux, où elle est basée, et d'investir en R&D. Trois à quatre nouvelles arrivées doivent venir grossir les effectifs d'ici la fin de l'année, qui se portent aujourd'hui à 11 personnes. "En ce moment, nous travaillons sur l'acquisition automatique de clients sur notre site. Donc les profils SEO, SEA, les profils marketing et les growth hackers nous intéressent. Nous avons beaucoup travaillé sur l'onboarding de l'utilisateur à sa première connexion. Désormais, l'idée est de convertir des clients quasiment sans intervention de notre part partout dans le monde", explique Benjamin Gauthier.

L'entreprise compte "plusieurs milliers" d'écrans installés dans une vingtaine de pays, mais ne compte quasiment que des Français ou filiales françaises parmi ses clients. "D'ici fin 2022, l'objectif est d'atteindre les 10 000 écrans et de multiplier par six le revenu récurrent mensuel", ponctue le cofondateur.