Comment faire de l'entretien annuel un moment agréable ?

L'entretien annuel est souvent vécu comme une corvée par le manager et comme un moment de stress par le salarié. Pourtant, il s'agit d'un moment clé dans le parcours du collaborateur. Pour qu'il soit agréable pour les deux parties, quelques règles sont à respecter...

L'entretien annuel d'évaluation est attendu ou parfois redouté par les managers comme par leurs collaborateurs. S'il n'est pas un passage obligé, il est rendu incontournable par la plupart des conventions collectives. Le droit français l'encadre avec précision, il est annuel, pas comme son grand frère l'entretien professionnel qui se déroule tous les deux ans.
L'entretien annuel peut figurer comme une séquence clé de la motivation managériale, à condition de passer d’une logique de jugement, d'évaluation "à l'ancienne" à une logique d'évolution et de redéfinition du sens donné au travail de chacun. Depuis quelques années, les anglo-saxon travaillent sur cette question en s’inspirant de l’expérience et du parcours client (dans un point de vente par exemple) pour proposer un nouveau modèle en management : l’expérience et le parcours collaborateur. Celui-ci débute par l'entretien de recrutement pour se terminer quand on rend son badge ! Comme tout parcours, il est jalonné de séquences d'éblouissement et de déception ; alors comment inscrire l'entretien annuel dans la catégorie des moments stimulants ?
Soyons franc, ce fameux entretien annuel est encore trop souvent la seule occasion de l'année pour le collaborateur d’avoir un feed-back circonstancié. Beaucoup de managers ont tendance à percevoir cet exercice comme une corvée chronophage. Ils se croient parfois obligés de jouer les contrôleurs de compétences ou les distributeurs de primes. Parfois même, les jugements de valeurs pleuvent, les sanctions tombent, les propos désobligeants fusent…

Bien sûr, un entretien annuel se conduit dans l’écoute, le partage et le respect de chacun. C’est une évidence, quoi qu’il soit encore utile de la rappeler. Mais cette posture n’est pas suffisante pour faire de l’entretien annuel un moment générateur de sens et de satisfaction de l’expérience collaborateur.

Pour cela, ce rendez-vous annuel ne peut pas être un simple moment d’évaluation et de feed-back sur le quotidien. Cette fois, on regarde vers l'avenir, le moyen terme. Pour le manager, c'est une opportunité : on met noir sur blanc le rôle et la contribution de chacun dans l’atteinte des objectifs du service et de l’entreprise. Repréciser le projet, les orientations et les objectifs collectifs permet de redonner du sens aux missions de chacun. Une fois ce cadre défini, le manager peut aller vers l’action et les tâches du quotidien : que doit faire le collaborateur pour que l'entreprise réussisse ? La question des moyens arrive juste après et non uniquement en fonction des attentes du collaborateur : de quoi celui-ci a-t-il besoin pour réussir sa mission, que ce soit en termes de formations, d’accompagnements, d’outils, de ressources, d’aménagement de son cadre de travail… ?

Cette manière d’appréhender l’entretien annuel fait de cet exercice un moment important du parcours collaborateur puisqu’il clarifie les perspectives, scelle un engagement et réaffirme les clauses de l’échange donnant – donnant entre le collaborateur et son entreprise. 

Entretien d'évaluation

Annonces Google