Le DRH au centre du jeu de séduction entre candidats et recruteurs

HR analytics* (big data), machine learning, chats bots, intelligence artificielle… la technologie permet de libérer les professionnels des RH afin qu’ils puissent se recentrer sur des missions à forte valeur ajoutée, porter la stratégie de l’entreprise et engager l’échange avec les candidats, plus avertis et influents qu’auparavant.

Le rapport de force entre le candidat et le recruteur tend à s’égaliser. Le jeu de séduction devient mutuel avec chacun son arme pour se faire remarquer : travailler son employabilité en la faisant connaître pour l’un, développer sa marque employeur pour l’autre. Le DRH est ainsi devenu le pivot qui fait se rencontrer ces deux mondes.

 

Le candidat, premier acteur du développement de son employabilité, en demande de l’appui des RH

 

La transformation du marché du travail exige un effort de formation de la part des actifs qui doivent dorénavant développer leur employabilité. La formation continue est devenue un enjeu sociétal. Le leitmotiv "une tête bien faite plutôt qu’une tête bien pleine" - pour suivre l’expression de Montaigne - est au centre de ce nouveau paradigme : les soft skills, compétences humaines informelles comme l’esprit critique, l’intelligence émotionnelle ou la créativité, tendent à prendre le dessus sur les hard skills, compétences métiers pures. C’est dans ce contexte que l’employabilité devient centrale, en tant que capacité des candidats à toujours s’adapter, d’un emploi à un autre.

 

Elle est d’autant plus liée à l’avenir des actifs que les certitudes, comme celles d’un emploi à vie, ont bel et bien disparu. Alors, comment agir pour démontrer sa capacité à rebondir dans un contexte mouvant ? Construire son employabilité passe par la recherche de postes aux missions variées et évolutives, permettant d’appréhender une variété de sujets et de développer des compétences périphériques. Cela consiste aussi à savoir multiplier les rencontres et les échanges, collaborer en bonne intelligence avec d’autres, se tenir informé sur ses secteurs d’intérêt… et savoir le valoriser !

 

Le rôle du DRH comme accompagnant des actifs pour évoluer et s’adapter aux nouveaux enjeux est fondamental. Il est à leurs côtés pour réfléchir aux formations adéquates pour leur montée en compétence et leur adaptation aux évolutions de l’entreprise, développer la mobilité interne, le mentorat, organiser des échanges inter-métiers et susciter des vocations.

 

Les RH, stratèges du positionnement de l’entreprise  

Les changements profonds du monde du travail impactent également les entreprises qui se doivent d’accompagner leurs collaborateurs et de rassurer leurs parties prenantes. Leur principal atout pour fédérer, attirer et retenir les talents est de développer une marque employeur cohérente, inspirante et forte.

 

Le rôle du DRH dans le développement de la marque employeur est central : il est à même d’obtenir l’adhésion de la direction, de définir et de promouvoir une nouvelle stratégie et de mesurer son impact. Se définissant comme l’ensemble des problématiques d'image d'une marque à l'égard des employés ou salariés potentiels, la marque employeur est étroitement liée à l’expérience candidat. Pour construire et rendre visible la marque employeur à l’extérieur, les entreprises rivalisent de créativité, que ce soit à travers l’utilisation d’Instagram pour révéler l’envers du décors, en donnant la parole à leurs collaborateurs dans des vidéos, ou en leur permettant de s’engager pour des causes importantes. 

À travers la marque employeur, le DRH va pouvoir séduire les millennials en illustrant la prise en considération de leurs principales attentes que sont la quête de sens, l’adoption d’une politique de responsabilité forte en matière de RSE ou un environnement de travail agile.

 

Grâce aux outils technologiques disponibles, la position du DRH se retrouve au centre du jeu de séduction entre employeurs et candidats, qui repose sur un besoin mutuel de transparence où chacun veille à se mettre en valeur. Cela passe par la marque employeur pour les premiers, par le développement de leur employabilité pour les seconds. Le responsable RH assure le lien, en accompagnant les candidats face aux évolutions des métiers, tout en se portant garant de l’attractivité de l’entreprise.  Sa relation avec les parties prenantes de l’entreprise évolue au contact des nouveaux usages, adoptés en priorité par les nouvelles générations telle que la Génération Y, mais aussi la Genération Z, futur architecte du travail, de nos métiers et porteuse des codes qui feront muter la société.

 

Annonces Google