Décloisonner l'entreprise pour développer l'agilité

Casser les silos. Voilà un terme à la mode. Mais pour bien faire les choses, les entreprises doivent revoir leur organisation, notamment en misant sur l'open management.

Pour accélérer leur performance, le nouveau mantra dans les entreprises est "il faut casser les silos des organisations" dans lesquels chaque service reste enfermé dans sa tour d'ivoire. Résultat, faute de vision commune sur la stratégie globale, les évolutions de l'environnement sont détectées tardivement, les capacités de s'y adapter ralenties, les nouvelles idées tuées dans l'œuf. Mais dire qu’il faut "casser les silos", C’est poser le problème aux premiers concernés, collaborateurs et managers… sans leur apporter la solution.

Pour les collaborateurs, il règne dans le silo un esprit de corps: tous parlent le même langage, ont le même objectif et sont solidaires pour l’atteindre ou pour identifier les causes extérieures de leur échec le cas échéant. C’est simple et confortable  mais c’est aux dépens de la performance globale de l’entreprise.

Pour le manager aussi une telle organisation est confortable : il a un périmètre d’action bien défini ; il mesure l’atteinte des objectifs de son équipe en contrôlant les personnes et  assoit son pouvoir par la maîtrise de l’information.

Autrement dit, c’est leur demander d’abandonner un cadre qui, s’il n’est pas idéal, a le mérite d’exister et où ils ont fait leur place. Mais cette ère est révolue. L’arrivée du digital, entre autre, a été un catalyseur explosif. Plus question d’ignorer ce qui se passe dans les autres directions et penser que les besoins des clients sont statiques. L’entreprise se doit de s’adapter aux nouvelles réalités, redéfinir des objectifs communs et les mettre en œuvre avant les autres. La performance exige dorénavant de revoir cette organisation fractionnée au profit d’une nouvelle "connivence" où la fluidité dans l’échange de l’information devient la pierre angulaire de cette nécessité "d’agilité".

Agir en connivence

Une expression alternative à « casser les silos » pourrait être en effet "agir en connivence". En analogie avec un sport collectif, le rugby par exemple, une équipe, si elle parvient à cette "connivence", devient quasiment imbattable.

Mais cette "connivence" ne s’improvise pas. Pour y parvenir, il convient que chaque membre du collectif cultive certaines valeurs comme : s’aligner sur l’objectif commun de gagner ;  être au service du groupe dans son rôle et être disponible pour faire "vivre le ballon" ; se remettre en cause individuellement et collectivement après chaque match ; être solidaire pour célébrer les efforts accomplis lors de la 3ème mi-temps.

Pour l’entreprise, le ballon c’est l’information et pour l’échanger avec pertinence et efficacité les qualités, citées ci-dessus, sont à développer de manière transposable, mais reste à trouver comment

L’Open-Management, proposer des pistes à explorer …

C’est à ce "comment" que s’attache à répondre l’Open-Management (ou management ouvert) en accompagnant les managers à trouver leur voie. Fort d’un référentiel de pratiques éprouvées et maîtrisées par une communauté ouverte et expérimentée, le manager propose à son équipe de s’engager volontairement dans l’expérimentation de nouvelles manières de faire en les adaptant à leur contexte. Le but affiché de l’exploration de nouvelles pratiques n’est finalement qu’un moyen mis à disposition par l’open-management pour qu’ensemble le collectif développe une nouvelle discipline d’équipe : s’aligner sur une même raison d’être, adopter des rôles pour leur valeur générée au bénéfice de l’équipe, agir pour apprendre, interagir en pratiquant  la "controverse constructive", reconnaître et célébrer les efforts.

Pour la communauté open-management, c’est à chaque équipe de trouver son chemin, d’y faire son expérience, d’y acquérir de la maturité  sans qu’un "expert" vienne imposer une pratique ou un cadre méthodologique.

Une fois ces pratiques ancrées par l’équipe, le manager obtient un label validant sa compétence à mettre en œuvre l’agilité collaborative. L’objectif de ce label est triple : soutenir les managers dans leur détermination à être acteurs du changement, mettre à disposition de l’organisation le moyen de mesurer la progression de sa transformation, et enfin, de proche en proche, faire grandir la communauté de l’open-management pour accélérer la diffusion virale de cet esprit de connivence.

Pour l’open-management, dans un monde en mouvement permanent, il n’y a de mauvais choix que de celui de ne pas se mettre en chemin.

Annonces Google