Et si on arrêtait d’apprendre à pitcher ?

Essentiellement utilisé dans le monde de l’entrepreneuriat et des start-up, le terme de pitch a beaucoup été mis en avant ces dernières années et c’est bien cela le problème.

Je ne peux plus supporter d’entendre ce verbe, utilisé à tout va et apparemment, je ne suis pas le seul. Pour ceux qui me connaissent à travers le Startupshow, quand quelque chose ne me plaît pas, je le fais remarquer.

Il faut arrêter d’apprendre à pitcher. Il faut commencer à apprendre à bien s’exprimer. Nous sommes d’accord qu’au final, votre but est de faire passer une information à une personne sur une période de temps définie. Mais qu’est-ce que cela implique?

Le fait de bien s’exprimer passe par le discours. Prenons l’exemple de l’une des sources d’inspiration de mon enfance, Pierre Bellemare. On remarque que tout est dans la manière d’apporter l’histoire aux auditeurs. Une ponctuation aiguisée comme un sabre japonais, des silences marqués et une intonation dynamique représentent l’ensemble des éléments qui constituent une communication orale qui accroche.

Le contenu de votre discours est également un élément primordial pour attirer l’attention de votre interlocuteur. Je me souviens encore du discours du coach dans "Friday night lights" qui met en avant la fraternité entre les membres d’une même équipe représentée à travers un match de finale.

Il ne faut jamais oublier que si vous vous exprimez devant un investisseur, que ce soit pour lever des fonds ou pour faire une demande de rachat, vous avez devant vous une personne dont le seul but est de faire de l’argent. C’est pour cette raison que dans ce cas de figure, les chiffres sont plus forts que les mots. Votre discours doit donc impérativement comprendre des chiffres (si possible positifs) qui appuieront votre argumentation.

"C’est 10% de chance. 20% de compétences. 15% de volonté. 5% de plaisir, 50% de souffrance. Et 100% de raison de se souvenir du nom!". Pour résumer ce couplet, tout est dans l’attitude. On ne le répète pas assez mais vous pouvez avoir le meilleur discours du monde ainsi que les chiffres les plus prometteurs, si vous n’avez pas l’attitude qui correspond cela ne fonctionnera pas. Vous devez être sûr de vous, professionnel, combatif et bien plus encore.

N’oubliez pas que vous devez vous vendre, votre projet n’est que le reflet de votre disposition à mener à bien une entreprise. Vous avez plus de valeurs que votre idée probablement reproductible en trois semaines avec de la main d’œuvre pas chère.

A toutes les personnes qui passent leur temps à scruter les techniques de pitch et à écouter des gens qui n’ont probablement jamais eu à réellement présenter de projet devant un board d’investisseurs, commencez par apprendre à vous exprimer. Lisez des livres, écoutez la radio (online, on est en 2018 quand même), parlez à des vendeurs expérimentés, vous apprendrez beaucoup de choses.

Vous pensez que je m’égare en parlant de ce sujet? En reprenant les éléments cités précédemment, on se rend compte qu’ils sont également liés à votre digitalisation. Comment? Simplement à travers votre site internet, vos campagnes Google et vos autres outils de communication. Ces derniers doivent convaincre en peu de temps: il faut les bonnes images, des textes percutants, des preuves chiffrées concernant votre activité et des témoignages clients pour amener vers une conversion. Pensez-y.

Annonces Google