PME, les laissées pour compte du numérique ?

Cela fait des années que l’on nous parle de la guerre des talents dans le numérique mais alors avec l’accélération de la transformation numérique, combien de temps va-t-elle durer et surtout quelles alternatives s’offrent aux PME souvent moins armées ?

Numérique x PME, une équation à 2 inconnues

En quelques années, certains profils d’experts numériques sont devenus rares et convoités. Pour les entreprises en quête d’innovation, le recrutement de ces perles rares est devenu un enjeu essentiel et les PME ne font pas exception. Bien que ces dernières représentent en France 48,5% de l’emploi salarié, elles ont pourtant du mal à rivaliser avec les grands groupes dotés de stratégies RH offrant des rémunérations attractives, des programmes de formation et tant d’autres avantages. C’est ainsi que les PME peinent cruellement à s’entourer des meilleurs talents.

Avec une capacité d’investissement limitée, les PME ont également davantage de difficultés à investir dans les technologies innovantes qui leur permettraient de rivaliser avec les grands groupes. Dans ces conditions, comment garder un temps d’avance, faudrait-il tout miser sur les nouvelles technologies ? Le pari serait peut-être légèrement risqué car la réalité est toute autre. Les transformations reposent avant tout sur l’humain et sa capacité à réinventer la culture d’entreprise tout en faisant évoluer les façons de travailler. Parallèlement, ces changements induits entraînent une complexité croissante des systèmes informatiques, qui à terme pourraient creuser certains fossés. Une enquête Opinium lancée cet été par Konica Minolta nous apprend notamment que 38% des dirigeants de PME trouvent que leurs solutions informatiques sont à l’origine d’importantes frustrations car selon 46% d’entre eux, les problèmes techniques sont constamment contournés et jamais réellement résolus, en raison notamment d’un manque de compétences en interne.

Pour pérenniser leurs activités, les investissements dans les nouvelles technologies deviennent inéluctables mais entraînent des évolutions humaines et culturelles tout aussi difficiles à appréhender.

Le numérique, un fardeau pour les PME mais aussi une chance !

Selon l’étude Konica Minolta-Opinium, en raison du manque de formation et de la pénurie de talents, les déboires numériques représenteraient un manque à gagner de près de 100 000 euros et 12 jours d’improductivité chaque année pour les PME. Qu’il s’agisse d’antennes régionales de grandes entreprises ou de PME locales, très peu d’entre elles disposent en interne des compétences ou du temps pour assurer l’administration informatique. Pour conserver leur compétitivité, celles-ci ont besoin de systèmes d’information simplifiés, évolutifs et gérables avec peu de moyens aussi bien sur le plan humain qu’au niveau budgétaire.

Le Cloud a longtemps été vu comme la solution idéale mais aujourd’hui, les environnements multicloud, la sécurité et les contraintes réglementaires font que ce type d’infrastructure reste très compliqué à administrer pour les PME. Elles ont besoin d’outils évolutifs et automatisés qui connectent les lieux et les appareils sans intervention humaine, offrant ainsi une circulation fluide de l’information.

Vient ensuite la nécessité d’adapter les processus de l’entreprise et de former les employés, deux étapes incontournables pour profiter des bienfaits du numérique. Afin d’adopter de nouveaux outils, de favoriser des modes collaboratifs plus dynamiques et développer l’efficacité des équipes, les dirigeants ont besoin d’accompagnement aussi bien sur la définition des besoins techniques que sur les aspects de conduite du changement.

Ce type d’approches innovantes est d’autant plus stratégique que l’année 2019 marquera un tournant dans la transformation numérique. Selon le dernier rapport de l’analyste Forrester, les technologies émergentes telles que l'intelligence artificielle, la robotique ou l'internet des objets, devraient avoir un impact plus fort dans le quotidien des entreprises. Or d’après l’enquête Konica Minolta-Opinium, seuls 16% des PME françaises prévoient d’adopter une infrastructure ou de l’applicatif en Cloud l’an prochain. Pour éviter que les PME françaises soient relayées sur le banc de touche de la prochaine révolution numérique, de récents partenariats technologiques donnent de bons espoirs de voir les technologies intelligentes à la portée de tous, laissant présager que la mutation de l’environnement de travail ne sera plus seulement l’apanage des grands groupes. Au-delà de ces nouvelles approches, de nouveaux modèles de tarification voient le jour pour que les PME puissent accéder à ces technologies leur permettant de rivaliser avec les grandes entreprises.

Un pari gagnant pour l’économie française

Le numérique permet de gommer certains obstacles auxquels les PME sont confrontées ; c’est le cas dans le secteur de la distribution où grâce à des plateformes collaboratives dédiées et l’optimisation des processus logistiques, l'offre des PME a pris une part significative du marché puisque 51 % du chiffre d'affaires de la grande distribution reposedésormais sur les marques des PME[1].

Les PME jouent un rôle prépondérant dans le développement de l’économie française et sont un atout inestimable pour concurrencer les grandes entreprises mondiales. Les pouvoirs publics l’ont bien compris en lançant le programme France Num dont la vocation est d’impulser la transformation numérique des PME. Une chance à saisir pour la France, à l’heure où le gouvernement veut refaire de l’hexagone une grande nation marchande.

[1] Selon le 2e baromètre PME/Grande Distribution de la FCD et de la FEEF

Annonces Google