Le RGPD au service de la monétisation des données : défis et opportunités

Les produits, les logiciels et les services sont plus interconnectés que jamais, car les coûts de partage et de transfert des données n’ont jamais été aussi bas. Jusqu’à présent, les données collectées par les entreprises étaient essentiellement utilisées à des fins marketing. Aujourd’hui, elles sont au cœur de nombreuses opérations.

Par ailleurs, avec l’adoption récente et à grande échelle du machine learning, de l’intelligence artificielle et l’expansion du marché de l’IoT, il n’est pas surprenant que 90 % des données de la planète aient été créées au cours des deux dernières années seulement. Aujourd’hui, des entreprises de toutes tailles, qu’elles soient dans le développement de logiciels ou la fabrication de matériel, exploitent également les données clients et partenaires qu’elles stockent à des fins diverses, que ce soit pour élaborer des plans et des stratégies ou pour les vendre en direct. Par conséquent, la plupart d’entre elles (85 %) estiment désormais que la monétisation des données représente une forte opportunité, et 48% commercialisent déjà leurs données à des tiers, contre 10 % seulement en 2014. Cependant, avant de commencer à réfléchir à la manière de monétiser les données, les entreprises doivent surmonter un obstacle de taille : le RGPD.

Les défis et les opportunités

La réglementation sur les données oblige les entreprises à repenser la manière dont elles protègent et utilisent les informations personnelles ; créant à la fois des défis et des opportunités. Par exemple, les organisations sont désormais tenues de bien comprendre et gérer leur utilisation des données, alors qu’auparavant, elles avaient carte blanche. Par conséquent, la valeur des données pour une entreprise est à comparer à son coût potentiel, financier et juridique, en cas de violation ou de faille de données. Pour la plupart des entreprises, il s’agit d’examiner le rapport risque / rendement, qui permet d’évaluer les gains attendus d’un investissement donné par rapport au risque de perte. 

Malgré cela, le RGPD est très bénéfique pour les entreprises car il crée un cadre juridique qui régit l’utilisation et la protection des données. En clarifiant les risques juridiques et les règles de gestion des données, les entreprises disposent d’un cadre cohérent pour partager et monétiser les données avec leurs acheteurs de manière transparente. En identifiant où les données sont stockées et en utilisant des solutions de sécurité telles que le chiffrement des données vulnérables, les entreprises s’assurent qu’elles respectent le RGPD et utilisent les données de manière responsable. 

En outre, les réglementations limitent les "zones d’ombre" dans lesquelles certaines entreprises opéraient lorsqu’elles commercialisaient des données, les empêchant ainsi de passer sous silence leurs mauvaises pratiques. Si certaines entreprises ont vu leur réputation ternir dans le passé, il existe désormais des règles concrètes qui expliquent clairement comment les données doivent être échangées avec des tiers. 

Alors, maintenant que les entreprises se sont familiarisées avec le RGPD, comment peuvent-elles tirer le meilleur parti de leurs données tout en minimisant les risques et en s’assurant que la stratégie de monétisation choisie leur convient ? 

Risques et avantages

Avant qu’un projet de monétisation ne porte ses fruits, les données doivent faire l’objet d’une analyse approfondie pour, d’une part déterminer si elles présentent un intérêt particulier que les concurrents n’ont pas, d’autre part évaluer leur degré de fiabilité pour des tiers et, enfin, leur valeur dans certains secteurs spécifiques. Il est possible que le tiers qui utilise les données d’une entreprise opère également dans un autre secteur qui lui fait concurrence. Par exemple, un fabricant de tracteurs peut collecter des données sur les cultures et les vendre à des négociants en matières premières, entreprises avec lesquelles ils n’avaient aucun contact auparavant. Cependant, le partage des données et la monétisation directe ne sont pas sans risques. 

C’est particulièrement vrai en ce qui concerne les informations sur les clients et l’utilisation des produits. Une première préoccupation est d’évaluer l’acceptation du marché et la manière dont l’entreprise sera perçue par ses clients et partenaires existants. Une autre préoccupation immédiate est de se demander si ces données sont précieuses pour les concurrents et si elles pourraient leur apporter un avantage par rapport à leurs propres produits. Un autre risque est que les données favorisent l’arrivée de nouveaux concurrents dans des secteurs où ils n’étaient pas présents.  

Comme l’a prouvé le scandale Cambridge Analytica avec Facebook, l’entreprise qui vend des données doit non seulement veiller à la façon dont elles sont utilisées, mais également tenir compte de la manière dont les tiers les utilisent. Les entreprises doivent s’assurer qu’elles disposent des outils nécessaires pour réagir en cas d’utilisation abusive de leurs données par un tiers. Dans le cas Cambridge Analytica, la seule solution pour Facebook était de dénoncer les API problématiques ; autrement dit, tous les développeurs (y compris ceux qui n’en utilisaient pas abusivement) n’étaient plus en mesure de les utiliser et devaient en intégrer de nouvelles. Pour contourner ce problème, les entreprises doivent analyser minutieusement comment les données qu’elles souhaitent partager peuvent être utilisées, mais également comment elles pourraient être utilisées contre elles. 

Si elle est gérée correctement, la monétisation externe directe peut être une stratégie lucrative pour les entreprises. Les données personnelles peuvent non seulement être partagées, mais elles peuvent même être agrégées en externe, ce qui réduit les risques. Mieux encore, pour les entreprises qui ont de nombreux partenaires, le partage de données peut renforcer l’intégration entre les produits et les services, améliorant ainsi l’expérience client. De même, l’adoption d’une solution d’échange ouvert de données peut attirer de futurs partenaires potentiels, en créant de nouvelles opportunités commerciales et en renforçant la fidélité.

Il convient à chaque entreprise de choisir sa propre approche de la monétisation des données, qu’il s’agisse de pécher par excès de prudence et d’analyser les données en interne, ou de tirer parti de la monétisation directe de ses données. Surtout, il faut évaluer les risques : quelles données une entreprise souhaite-t-elle partager et pourquoi ? Cela ne signifie pas que les deux approches ne sont pas complémentaires. Dès lors qu’une entreprise a décidé de partager ses données, elle doit s’assurer que ses API sont suffisamment flexibles pour permettre un contrôle granulaire de ce qui est partagé. 

Cela dit, la capacité en monétisation des données d’une entreprise dépend de la facilité avec laquelle elle peut partager ces données avec les clients. Pour ce faire, les entreprises doivent donc veiller à utiliser leurs API correctement. Les API doivent être considérées comme des produits et créées avec des modèles de packaging, de prix et de commercialisation flexibles pour les clients, en comprenant la valeur qu’elles apportent aux clients existants et nouveaux afin de proposer les API les mieux adaptées à leurs besoins.

En outre, les API doivent évoluer en fonction de l’expérience clients et de l’évolution de leurs besoins, afin de garantir une mise sur le marché rapide. Dans le modèle de l’abonnement, les renouvellements ainsi que les ventes up-sell et cross-sell représentent 70 % du chiffre d’affaires des entreprises. Il est donc essentiel de disposer des outils appropriés pour gérer les transferts de données, et de ne pas laisser de côté des données facilement monétisables en offrant la meilleure expérience client possible et en éliminant les tensions. 

A mesure que les entreprises deviennent de plus en plus numériques et connectées, elles auront davantage confiance dans le partage des données, car elles maîtriseront mieux leur valeur et les pratiques nécessaires pour les protéger. Alors que le partage de données permet aux clients d’utiliser des logiciels et des produits de manière transparente sur différentes plates-formes et solutions à l’avenir, les entreprises doivent définir leur stratégie de monétisation des données aujourd’hui afin de tirer le meilleur parti de cette opportunité.

Le RGPD au service de la monétisation des données :  défis et opportunités
Le RGPD au service de la monétisation des données : défis et opportunités

Par ailleurs, avec l’adoption récente et à grande échelle du machine learning, de l’intelligence artificielle et l’expansion du marché de l’IoT , il n’est pas surprenant que 90 % des données de la planète  aient été créées au cours des...