1 000 euros de prime à ceux qui travaillent malgré le coronavirus

1 000 euros de prime à ceux qui travaillent malgré le coronavirus Bruno Le Maire invite les employeurs à récompenser les salariés des secteurs vitaux qui continuent à se rendre sur leur lieu de travail malgré la propagation du coronavirus.

[Mise à jour du mardi 24 mars 2020 à 18h55] La condition de mise en place d'un accord d'intéressement imposée aux entreprises de moins de 250 salariés pour pouvoir verser une prime sans charges et sans impôts jusqu'à 1 000 euros est levée, a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire ce mardi, "afin de récompenser les salariés qui se rendent sur leur lieu de travail".

Après avoir adressé ce mercredi 18 mars un "message d'encouragement et de reconnaissance aux salariés de l'agroalimentaire" qui poursuivent leur activité malgré la crise sanitaire, c'est un autre type de motivation que plébiscite Bruno Le Maire. Le ministre de l'Economie a encouragé les entreprises à verser une prime de 1 000 euros défiscalisée et désolidarisée à leurs salariés qui continuent de se rendre sur leur lieu de travail.

Une incitation, finalement, à utiliser le dispositif de la "prime Macron"

"J'invite toutes les fédérations, toutes les entreprises qui ont un accord d'intéressement, notamment dans les secteurs vitaux, comme l'agro-alimentaire ou la grande distribution, à verser une prime de 1 000 euros qui est totalement défiscalisée", a-t-il lancé ce vendredi matin au micro de LCI.

Une incitation, finalement, à utiliser la prime exceptionnelle de pouvoir d'achat, dite "prime Macron", introduite après la crise des gilets jaunes. Reconduit pour 2020, ce dispositif exonère d'impôt sur le revenu et de toute cotisation sociale ou contributions toute prime exceptionnelle versée par l'employeur aux salariés dont la rémunération est inférieure à 3 Smic, dans la limite de 1 000 euros par bénéficiaire. Pour être éligible à l'exonération, la prime doit être versée avant le 30 juin 2020, ne se substituer à aucun élément de rémunération et, ce qui n'était pas le cas l'année précédente, l'employeur doit mettre en place un accord d'intéressement.

A noter que depuis le 1er janvier 2019, la suppression du forfait social permet aux chefs d'entreprise de moins de 250 salariés de ne verser aucune charge pour les primes payées au titre de l'intéressement à leurs salariés.