Le mobile ne cannibalise plus le Web fixe aux Etats-Unis

Le mobile ne cannibalise plus le Web fixe aux Etats-Unis Le temps passé sur mobile a grimpé vertigineusement en deux ans aux Etats-Unis... mais pas au détriment du Web fixe sur lequel les internautes passent toujours autant de temps.

Et si le basculement des usages depuis le Web fixe vers le mobile avait une fin ? On parle depuis déjà plus années de la cannibalisation des audiences du Web fixe par les smartphones et tablettes. Fin 2012, nous nous interrogions sur la possibilité d'un peak Web dépassé, alors que le temps passé devant son ordinateur aux Etats-Unis n'avait cessé de dégringoler entre juillet 2010 et septembre 2012. Mais cette tendance n'est plus d'actualité. Le mobile n'est pas en train de tuer le Web fixe. Car si le temps passé sur mobile chaque mois continué d'exploser entre février 2013 et avril 2015, doublant quasiment aux Etats-Unis, celui passé sur Web fixe s'est maintenu durant ce laps de temps, augmentant même légèrement. 

bn ip234 mobile e 20150526115522
Evolution du temps passé sur Web fixe et mobile.  © Comscore

Et pour cause, selon Tony Haile, PDG de la société d'analytics Chartbeat, "les appareils mobiles débloquent de nouvelles périodes de surf sur Internet, le matin et en soirée, alors que le reste de la journée est plutôt consacré à l'ordinateur", comme il l'explique au Wall Street Journal. Dans les transports en commun, devant sa télévision ou en soirée... Le mobile a permis effectivement l'apparition de nouvelles fenêtres de connexion qui n'affectent que très peu le temps passé sur un ordinateur fixe. D'où l'importance pour les éditeurs de médias notamment de bien réfléchir aux implications d'une stratégie "mobile first". Car une part substantielle de leur audience restera, pour un petit moment encore, cantonnée au Web fixe. 

Annonces Google