Alcatel-Lucent : mariage chaotique

La fusion avait échoué une première fois avant de se concrétiser en 2006 pour 13,5 milliards de dollars. Le rapprochement du français et de l'américain n'est jusqu'à aujourd'hui pas vraiment un succès : 7 trimestres consécutifs de perte, 16 500 licenciements en 2007, 1 000 en décembre 2008, trois plans d'action d'urgence, Patricia Russo et Serge Tchuruk débarqués...

Alcatel-Lucent aura fort à faire pour se relancer, d'autant que la crise restreint plus encore sa marge de manœuvre. Ben Verwaayen, le nouveau directeur général se veut l'homme du retour à la rentabilité. Les plus grands perdants sont pour l'heure les témoins du mariage : les salariés.

Suggestions de contenus