Vahé Torossian (Microsoft) "Office 365 évoluera certainement vers un paiement à l'usage"

TPE et PME prennent le virage du cloud principalement pour le collaboratif et la vidéo conférence, et songent à y recourir pour l'ensemble de leur système d'information. Microsoft mise sur la sécurité et l'externalisation pour les convaincre.

1
Vahé Torossian est corporate vice-président Worldwide Small and Midmarket Solutions and Partners chez Microsoft. © Microsoft

JDN Tech. Quels sont les projets cloud menés en ce moment au sein des PME ?

Vahé Torossian. Il y a une grande prise de conscience de ce que le cloud peut apporter aux PME et PMI et des bénéfices qu'elles peuvent en retirer. Les démarches sont principalement autour de la collaboration dans un contexte de travail en mobilité et le partage d'agendas. La vidéo conférence monte aussi en puissance, portée par la puissance des PC de bureau d'aujourd'hui et la qualité des caméras intégrées.

Y'a-t-il une différence dans les projets cloud des TPE en France et à l'international ?

Quand on regarde les TPE en France, on pourrait imaginer qu'il y a un manque d'équipement par rapport aux TPE étrangères, mais ce n'est pas le cas. Les PME/PMI françaises sont bien équipées autant d'un point de vue système que réseau. Le phénomène différenciateur se situe par contre au niveau des usages, des gains de productivité et des opportunités de croissance.

L'informatique des PME pourra-t-elle un jour être 100% cloud ?

Oui, je le pense. C'est réaliste même si on ne met pas du jour au lendemain tout sur le cloud. Il y a un processus d'adaptation, et une réflexion stratégique qui consiste à se demander vers quoi commencer. Ensuite, on constate que, globalement, 85% des PME/PMI, et c'est aussi vrai pour la France, n'ont pas de ressources IT en propre. L'objectif pour une PME/PMI n'est pas de créer des ressources techniques. Dans ce sens, le cloud constitue un formidable accélérateur. A partir du moment où les freins psychologiques sont levés, on peut imaginer que la vaste majorité des PME/PMI auront adopté le cloud d'ici 5 ans comme outil d'externalisation IT pour se concentrer sur leur marché.

"Nous n'utilisons pas les données de nos clients dans nos data centers pour valoriser un publicitaire en ligne"

Les PME/PMI sont-elles plus aptes à aller vers un système d'information 100% cloud que les grands comptes ?

La notion de flexibilité est centrale pour les PME/PMI. Une petite structure a besoin d'aller vite et d'évoluer rapidement tout en se concentrant sur son métier de base. Mais surtout, elle doit pouvoir diminuer la voilure en fonction de ses pics d'activité, et de pouvoir planifier ses dépenses en connaissant à l'avance le coût de son informatique cloud.

Mais les entreprises payent quand même un abonnement même si elles ne consomment pas les ressources cloud. Allez-vous faire évoluer vos coûts à l'usage et non à l'utilisateur ? 

Avec Office 365, vous avez une flexibilité liée au nombre d'utilisateurs qui permet de décider, pendant une certaine période, de donner accès à tant d'utilisateurs et de restreindre la voilure ou l'augmenter en fonction des contraintes. Cela permet de ne jamais payer pour des utilisateurs que vous n'avez plus. On évoluera certainement vers le paiement à l'usage, comme ce que propose nos partenaires hébergeurs - mais pour des services complémentaires et supplémentaires.

On s'est aperçu qu'il fallait proposer un certain nombre d'outils packagés pour répondre à la majeure partie des besoins des PME/TPE, et couvrir 90% du spectre bureautique et de collaboration. Une TPE ne souhaitera jamais utiliser seulement Excel par exemple. Les frontières entre les produits disparaissent de plus en plus. Une image pourra par exemple être copiée dans Word, puis utilisée dans la messagerie instantanée. Facturer uniquement ce que l'on consomme n'a donc pas de sens à partir du moment où un package complet fait sens.

Quels sont les atouts d'Office 365 par rapport aux Google Apps ?

Nous avons beaucoup de respect pour la concurrence qui est moteur d'innovation. Mais on se situe sur un domaine extrêmement différent. On vient d'abord du milieu de l'entreprise et tous les produits que l'on propose ont été conçus pour ce marché. Nous devons assurer un niveau de sécurité et de confidentialité des données. Ensuite, nous avons intégré depuis quelques mois en mode cloud la vraie suite Office, et pas un hybride d'Office. Office permet donc de travailler autant en mode offline qu'online, ce que l'on ne peut pas complètement avoir dans les offres concurrentes.

"En France, nous avons multiplié par 5 le nombre de clients Office 365 en 12 mois"

Du reste, aucune TPE n'a envie que l'on scanne ses mails et le cœur de sa propriété intellectuelle. Or, Nous n'utilisons pas les données de nos clients sur nos data centers pour valoriser un publicitaire en ligne. Les acheteurs doivent prendre leurs décisions en toute connaissance de cause, même si certaines offres peuvent apparaître sympathiques en termes de coûts.

Avez-vous des chiffres sur Office 365 : le nombre de licences et d'abonnements écoulés, la répartition entre la partie cloud et boîtes...

La seule chose que je peux vous dire c'est qu'Office 365 a atteint 1 milliard de dollars de chiffre d'affaires en moins de 18 mois. En France, c'est réaliste de dire qu'en 12 mois, nous avons multiplié par cinq le nombre de clients.

Par rapport à vos nouveaux clients Office 365, quelle proportion était précédemment équipée des Google Apps ?

On a fondamentalement des nouveaux clients. Des clients pas équipés et pour qui le cloud est une opportunité. Au niveau mondial, 40% de nos clients n'utilisaient aucune solution de cloud. Le cloud constitue un accélérateur de clientèle extrêmement important.

Quel budget annuel moyen consacre aujourd'hui les entreprises à leurs solutions cloud ?

Une étude récente table sur 190 000 euros de budget IT dédiés au cloud en Europe, contre 154 000 euros en France par an, mais je n'ai pas la répartition exacte entre les budgets par taille d'entreprises.


Biographie professionnelle : Vahé Torossian est Corporate vice-président Worldwide Small and Midmarket Solutions and Partners. Présent chez Microsoft depuis 1992, il a notamment occupé le poste de vice-président de Microsoft EMEA et de General manager de Microsoft Small - Midmarket Solutions - Partners pour la zone Asie-Pacifique. Avant de rejoindre Microsoft, Vahé Torossian a occupé des fonctions de responsable des ventes et du marketing chez Texas Instruments. Vahé Torossian est diplômé de l'ISG, de l'INSEAD et détient un MBA de l'University of Chicago Booth School of Business.

Autour du même sujet

"Office 365 évoluera certainement vers un paiement à l'usage"
"Office 365 évoluera certainement vers un paiement à l'usage"

Vahé Torossian est corporate vice-président Worldwide Small and Midmarket Solutions and Partners chez Microsoft. © Microsoft JDN Tech. Quels sont les projets cloud menés en ce moment au sein des PME ? Vahé Torossian . Il y a une grande prise...