En tout juste un an, Nadella a considérablement amélioré Microsoft

En tout juste un an, Nadella a considérablement amélioré Microsoft Alors que Windows 10 est sur la rampe de lancement, décryptage de la très encourageante première année en poste du successeur sous-pression de Steve Ballmer.

Il y a un an, Microsoft nommait Satya Nadella comme PDG, le troisième de l'histoire de l'entreprise. Bien que très positif dans l'ensemble, son premier exercice fut assez mouvementé et pas totalement dépourvu de sources d'insatisfaction.

Satya Nadella a indéniablement fait l'effort de rendre Microsoft plus disposé à travailler avec ses concurrents qu'à ne les assaillir. Ce changement a rompu avec la tradition de leader pugnace installée par le cofondateur de Microsoft Bill Gates et confirmée par l'ex-responsable des ventes Steve Ballmer. Souvenez-vous, lors des heures les plus sombres de l'ère Bill Gates, ces tactiques compétitives avaient valu à Microsoft d'être poursuivi en justice par le gouvernement américain pour comportement antitrust, et tentative de mise en place d'un monopole sur le marché des PC. Steve Ballmer avait lui-aussi la réputation d'être dur en affaires.

Satya Nadella a fait renaitre un enthousiasme général autour de Windows

Il reste encore énormément de travail à Satya Nadella avant que le monde ne perçoive à nouveau Microsoft comme le leader du marché. Mais il a déjà beaucoup œuvré à cela. Voici un aperçu de ce qu'il a accompli au cours des douze derniers mois pour radicalement changer Microsoft :

Grâce à Windows 10, il a réussi à faire renaitre un enthousiasme général autour de Windows. Ce produit offrira l'aspect et les sensations classiques que les utilisateurs de Windows apprécient, et fonctionnera très bien sur des appareils tactiles. De plus, la mise à jour sera gratuite pour les utilisateurs de Windows 7 et de Windows 8.

Windows 10 : un nouveau départ pour le système d'exploitation phare de Microsoft

Steve Kovach de Business Insider qui en utilise une version d'essai sur un Surface Pro 3, rapporte : "cette nouvelle version de Windows, Windows 10, est différente, et je pense que c'est un nouveau départ pour le système d'exploitation phare de Microsoft… Il est encore tôt pour l'affirmer mais je pense que Microsoft est en train de nous préparer un très gros coup".

Satya Nadella a surtout réussi à faire renaitre l'enthousiasme des développeurs concernant Windows. Windows 10 sera compatible avec n'importe quel appareil, qu'il s'agisse d'un micro-ordinateur, d'un PC, d'une tablette, d'une Xbox, d'un objet connecté ou d'un écran géant. Les développeurs auront la possibilité d'écrire des applications pour une version de Windows, et les adapter très facilement pour d'autres versions avec peu de travail. Le PDG de Microsoft a promis que les développeurs pourront aisément importer leurs anciennes applications Windows vers l'écosystème de Windows 10.

Ses équipes sont aussi en train de faciliter l'import d'applications iOS et Android vers Windows: Microsoft offre ainsi le "Graal" du développement d'applications, un outil qui permet d'écrire une application et de facilement la convertir pour toutes les versions de Windows, ainsi qu'iOS et Android. D'après un développeur qui a examiné ces outils, "il s'agit d'une mutation stratégique profonde. Microsoft propose beaucoup de soutien et se rend plus accessible".

Satya Nadella a lancé de nombreux produits qui définissent le "Nouveau Microsoft". Il souhaite que Microsoft "réinvente la productivité" comme l'illustre la sortie en masse d'applications de productivité telles que:

  • Delve (sa préférée) qui ressemble à Google Now.
  • Une nouvelle version de Power BI, qui permet à des professionnels du business d'analyser de grandes quantités de données.
  • Skype translator, un outil de traduction en temps réel pour les utilisateurs de Skype.
  • Microsoft Sway, un outil de présentation en mode cloud compatible avec Prezi et PowerPoint (Microsoft a même introduit un iPad dans un spot publicitaire).
  • Une nouvelle version de son application de messagerie, Outlook, pour iPhone ("Qu'est-ce qu'elle est bien" nous a indiqué Steve Kovach). C'est un résultat particulièrement impressionnant car elle provient d'une d'une acquisition de Microsoft, Acompli, dont la technologie a été intégrée à l'offre de produits en un temps record (seulement quelques mois).

Satya Nadella a trouvé le bon équilibre entre confiance et humilité

Satya Nadella a fait renaitre un enthousiasme général autour des sorties à venir de produits Microsoft. Les lunettes numériques de Microsoft, HoloLens, ont impressionné de nombreuses personnes lors de leur présentation. Il nous faudra attendre de voir si ce produit est à la hauteur de ce qui a été annoncé... et si c'est le cas, nous l'adopterons ! Office pour Windows 10, la tant-attendue version tactile d'Office, parait elle aussi prometteuse.

Il a transformé des rivaux en partenaires. Extrêmement tendue par le passé, la relation entre Microsoft et Salesforce est désormais tellement bonne que Marc Benioff, le PDG de ce pure player de la relation client en mode SaaS, dresse régulièrement des louanges à Satya Nadella. Encore plus troublant, le PDG de Microsoft a réussi à construire un partenariat avec Oracle.

Il a supervisé le plus grand licenciement de masse de l'histoire du groupe – sous les applaudissements de ses employés. Microsoft a dû se séparer de 18 000 employés, dont la plupart provenaient du constructeur de smartphones récemment acheté, Nokia. Toutefois, Microsoft a tout de même licencié 5 000 de ses propres employés, au nom d'une réorganisation structurelle de fond. L'entreprise s'est débarrassé de son excédent de poids et fonctionne désormais avec plus d'agilité. Les employés maintenus en poste semblent plutôt heureux. Satya Nadella jouit d'ailleurs d'une cote d'approbation de 82% auprès de ses employés sur Glassdoor.

Il a aussi mis fin à la guerre entre Microsoft et ses deux principaux concurrents, Apple et Android. Ils sont certes toujours en concurrence avec Microsoft, mais Satya Nadella ne les traite pas comme des parias. Microsoft a même eu recours à l'iPad et l'iPhone d'Apple pour réaliser des démonstrations de ses services de cloud - lors de sa conférence dédiée aux développeurs et sa grande conférence client. Et Microsoft aurait apparemment prévu d'investir dans une entreprise nommée Cyanogen, qui édite une déclinaison d'Android indépendante de Google.

Sous l'égide de Satya Nadella, Microsoft a mis fin à "une des politiques de prix les plus excessives jamais menée dans le secteur de la technologie personnelle", comme le formule Paul Thurott, célèbe blogueur spécialiste de Windows. Microsoft a promis de mettre fin au système qui force les utilisateurs de Xbox à payer un abonnement, Live Gold, pour pouvoir profiter de toutes les fonctionnalités de la console.

Satya Nadella parle aux analystes de Wall Street lors des conférences téléphoniques trimestrielles, ce que Steve Ballmer ne faisait pas. Il a trouvé le bon équilibre entre confiance et humilité.

Dans l'ensemble, la première année de Satya Nadella a été remarquable. Le cours de l'action le prouve.

Il a lancé Microsoft sur le nouveau marché en vogue de l'Internet des objets, qui pourrait représenter plus 1,6 billions de dollars d'ici quatre ans, d'après Microsoft. L'entreprise a lancé une nouvelle base de données, un nouveau service de cloud, un nouveau service d'analyse Big Data pour les applications liées aux objets connectés. Elle a aussi le projet d'optimiser une version de Windows pour un ordinateur ARM à 35 dollars, appelé Raspberry Pi.

Satya Nadella a rendu Windows gratuit pour tout appareil ayant un écran de neuf pouces ou moins, ce qui représente un changement de business model radical pour Microsoft.

La campagne anti-Google "Scroogled" a pris fin

Par ailleurs, Satya Nadella s'est débarrassé de certaines stratégies marketing limites menées jusqu'à alors par son entreprise. La campagne anti-Google "Scroogled" a pris fin. Microsoft n'est certainement pas devenu un grand allié de Google, mais ce genre de pratique a cessé. L'adresse Scroogled.com vous redirige désormais vers un site nommé "Why Microsoft" (Pourquoi Microsoft) qui met en avant les principaux produits de l'entreprise.

Cela dit, Satya Nadella fait toujours face à d'énormes challenges.

  • Il n'a pas convaincu Wall Street qu'il était capable de générer du chiffre d'affaires sur la seule base de versions gratuites de Windows et de nouvelles applications de productivité en mode cloud. D'autant que ces produits cannibalisent les vaches à lait que sont Windows et Office.
  • Il doit trouver le moyen de faire entrer Microsoft dans le peloton de tête du marché des smartphones, ce qui devra passer par le succès du Windows Phone.
  • Windows 10 devra, absolument, être un succès énorme auprès des entreprises et des consommateurs, et réanimer le marché du PC.
  • Il doit aussi régler le faible rendement de Microsoft sur le marché en hyper-croissance de la Chine, mais aussi au Japon.

Dans l'ensemble, la première année de Satya Nadella a été remarquable. Le cours de l'action le prouve : même après un rapport trimestriel décevant la semaine dernière, qui a provoqué une chute de 13% de sa valeur, l'action a, dans l'ensemble, augmenté de 16% depuis son entrée en fonction, et de 20% depuis août 2013, quand Steve Ballmer a annoncé sa retraite.

Article de Julie Bort. Traduction par Shane Knudson, JDN.

Voir l'article original: In just one year, Satya Nadella made Microsoft so much better

 

Annonces Google