Oodrive rachète Orphea pour barrer la route à Box en Europe

Oodrive rachète Orphea pour barrer la route à Box en Europe Après une levée de fonds de 65 millions d'euros bouclée en 2017, le spécialiste français du partage de fichiers en mode cloud enclenche une nouvelle phase de croissance externe.

Après sa levée de fonds de 65 millions d'euros bouclée début 2017, Oodrive avait annoncé vouloir se lancer dans une nouvelle phase de croissance externe. Le leader français du partage de fichiers en mode cloud (axé BtoB) vient d'en donner le coup d'envoi avec le rachat d'Algoba Systems, un acteur du SaaS parisien centrée sur le digital asset management (DAM) et plus connu sous le nom de sa solution : Orphea. Les modalités financières de l'opération n'ont pas été communiquées. Avec cette nouvelle corde à son arc, Oodrive avance ses pions, notamment face à son concurrent américain Box.

Algoba est loin d'être un inconnu dans le milieu français du SaaS. Comptant 20 salariés répartis entre Paris et Grenoble (où est située sa R&D), la société affiche plusieurs grandes marques parmi ses références, dont Engie, M6, L'Oréal, Radio France, Suez, ainsi que l'Assemblée nationale et le Sénat. Ses clients sont d'ailleurs en majorité communs avec ceux d'Oodrive. Egalement présent commercialement en Angleterre et en Italie, Algoba réalise 25% de son chiffre d'affaires à l'étranger. "Aux côtés du secteur de la presse, nous ciblons les départements marketing, communication, patrimoine, c'est-à-dire toutes les activités d'entreprise avec des besoins en gestion de contenu média" déclare Arnaud Barbotin, directeur général d'Orphea.

L'IA en ligne de mire

Oodrive était déjà positionné dans le DAM, notamment depuis le rachat en 2014 d'Active Circle (une technologie de stockage hiérarchique pour le secteur des médias). "Il nous manquait néanmoins des fonctionnalités centrales pour bien adresser cette problématique. C'est précisément ce que nous apporte Orphea, avec à la clé plus de 20 ans d'expertise dans ce domaine", commente Edouard de Rémur, cofondateur et directeur général d'Oodrive. Photothèque ou médiathèque, plateforme de formations ou de marques, service de vente de contenus média... Les domaines d'application d'Orphea sont nombreux.  

"Nous nous inscrivons dans une stratégie de plateformisation"

Parmi les fonctions de DAM qu'Orphea apporte à Oodrive, on relève des capacités en intelligence artificielle. Un domaine que Box investit lui-aussi activement. En s'adossant aux services cloud de machine learning de Microsoft, IBM ou Google, l'Américain a annoncé vouloir intégrer à son environnement des possibilités d'indexation automatique de fichiers digitaux (photo, audio, vidéo) basées sur la reconnaissance visuelle (d'objets, de personnes) et vocale.

Fort de l'acquisition d'Algoba, Oodrive accélère ainsi la cadence en matière d'IA, et reprend le lead sur Box. Certes, l'éditeur avait déjà commencé à plancher sur la question, notamment en vue d'optimiser ses processus d'archivage de fichiers. Mais Algoba lui permet d'invertir un champ d'IA beaucoup plus vaste, autour de la reconnaissance d'image, l'analyse sémantique, le speech to text... "Un ensemble de briques qui contribuent à accélérer voire automatiser l'indexation des actifs digitaux", confirme Arnaud Barbotin.

Vers un nouveau rachat... en Allemagne

Orphea va venir enrichir l'offre de modules verticaux d'Oodrive, qui couvrait déjà une dizaine de domaines (juridique, RH, BTP, banque & assurance, secteur public…). "Nous nous inscrivons dans une stratégie de plateformisation. Nous souhaitons ainsi simplifier la vie des grands comptes via un environnement centralisant la gestion du stockage de contenus, avec la possibilité d'activer des extensions métier de collaboration en fonction des besoins", rappelle Edouard de Rémur. "Partant de là, la solution Orphea va pouvoir bénéficier de notre expertise en matière d'infrastructure cloud, de sécurité des données, et de mise en conformité."

En 2016, Oodrive avait réalisé un chiffre d'affaires de 40 millions d'euros. L'entreprise revendique à ce jour 15 000 entreprises clientes dans 90 pays et plus de 1 million d'utilisateurs actifs. Se rapprochant des 400 salariés, elle a toujours en ligne de mire l'objectif de passer la barre des 500 employés d'ici la fin de l'année. Dans cette optique, la croissance externe reste une priorité. "Nous sommes en pourparlers avancés avec une société allemande, dont nous pourrions annoncer le rachat d'ici l'été", confie Edouard de Rémur. L'opération visera à renforcer un peu plus le poids d'Oodrive en Europe.

En savoir plus 

Annonces Google