Daniel Marhely (DT, Deezer) "Nous allons migrer vers le HTML5"

Après avoir porté son application sur de nombreux terminaux mobiles, le site de musique à la demande prépare une importante mise à jour mettant à l'honneur les technologies innovantes et les nouveaux usages.

Le site de musique à la demande gratuit et légal compte plus de 6 millions visiteurs uniques mensuels en France, et deux fois plus en Europe. Propriétaire de ses 130 serveurs, le site est hébergé par Iguane Solutions, depuis 2007, année de création de Deezer. Son catalogue  contient plus de 7 millions de titres.

JDNSolutions. Comment enrichissez-vous le catalogue ?

Nous avons développé un outil maison afin d'importer et d'uniformiser les catalogues envoyés dans divers formats par les maisons de disques. Il faut ensuite les indexer pour le moteur, effectuer la déduplication, puis les encoder. Il y a trois formats principaux d'encodages : en version haute qualité, soit 320 kbps, réservée à nos abonnés, soit en 128 kbps pour la version gratuite, soit dans des formats pour les smartphones.

Quel moteur de recherche utilisez-vous ?

Le moteur a aussi été développé en interne, depuis la création du site. Avant d'envisager la migration vers un autre outil développé par un éditeur tiers, il faut peser le coût et son intérêt. Or, je préfère miser et investir sur de l'humain.

Nous ne faisons que très peu appel à des éditeurs tiers et nous sommes partisans de l'Open Source. Notre base de données est aussi gérée avec MySQL, et si nous avions souscrit à un support au début, comme il ne nous a pas servi, nous n'avons pas réitéré notre abonnement.

"Les fichiers de musique doivent être cryptés pour ne pas être piratés."

Le site repose sur la technologie Flash, et est éligible à une migration vers le HTML 5. A-t-elle commencé ?

Deezer utilise des technologies Adobe, Air ou Flash, mais aussi Ajax. Début 2011, nous allons en effet migrer vers le HTML5 et retirer beaucoup de Flash sur les pages, mais nous allons rester dépendants d'Adobe et de Flash, notamment de son lecteur de contenu audio.

Le HML5 n'est pas encore tout à fait mûr. Tous les navigateurs ne le prennent pas encore en charge de la même façon, par exemple. De plus, les balises audio du HTML5 ne proposent pas encore la sécurité dont nous avons besoin.

En effet, nous avons signé avec les maisons des contrats très clairs, et les fichiers doivent être cryptés pour ne pas être piratés. Or pour l'instant, c'est le lecteur flash qui peut les décrypter. Ce process a été validé par les maisons de disques. Trois de mes développeurs sont toujours des "flasheurs", même si deux ont évolué vers Javascript.

Le HTML5 va cependant améliorer certaines performances et la légèreté du site. Cela va notamment permettre une meilleure portabilité de Deezer, qui propose aussi un accès offline à du contenu. C'est d'ailleurs cette possibilité qui nous a facilité le travail pour porter l'application Deezer sur les tablettes.

Vous venez d'annoncer la disponibilité de Deezer sur les smartphones Windows Phone 7 et Nokia, après les iOS, Android ou Blackberry. Comment procédez-vous pour ces développements ?

Deezer est en effet proposé pour des smartphones via nos offres premium depuis quelque temps. Cela faisait d'ailleurs partie des idées que nous avions depuis le début le site.

Pour nous aider à développer l'application iPhone, puis plus récemment celle sur Windows Phone 7, nous faisons appel à une équipe de développeurs externes. Nous avons aussi dû recruter pour avoir aujourd'hui une équipe de 5 développeurs dédiés à diverses plateformes mobiles (Android, Blackberry, etc)

Pour porter l'application Deezer sur ces différents terminaux, nous avons une documentation interne, un API permettant de recréer le service de A à Z. Ce qui rend finalement la tâche pas si ardue. Nous avons cependant rencontré quelques challenges en matière de sécurité car pour accéder hors ligne à notre contenu, il faut le charger sur une mémoire et correctement l'encrypter, ce qui a pu poser quelques problème de performances que nous avons dû résoudre. 

"Je veux recruter des profils atypiques, pas trop scolaires. La compétence m'importe plus que les diplômes."

Deezer en est à sa troisième version, sortie l'été 2009. Prévoyez-vous une 4e version  pour bientôt ?

La prochaine version, sera en production d'ici fin janvier, mais il s'agit plutôt d'une " 3.5 ", car elle possèdera structurellement les mêmes bases, contrairement à la V3 où nous avions presque tout refait, ce qui avait d'ailleurs rendu la migration éprouvante.  

Cette version "3.5" utilisera le HTML5 pour améliorer l'exploration du catalogue. Cette mise à jour doit aussi renforcer la dimension communautaire de Deezer. Une synchronisation en temps réel au niveau des serveurs permettra aussi d'afficher ce que les amis écoutent, et bien d'autres choses encore.

Devez-vous faire face à des montées en charge ?

Nous sommes sensibles à la météo. Lorsqu'il pleut par exemple, il y a plus d'internautes qui viennent écouter de la musique sur Deezer. Pour des lancements d'album aussi, nous pouvons enregistrer une hausse de fréquentation de 20 voire 30%. Nous possédons nos 130 serveurs chez l'hébergeur. Ils nous sont totalement dédiés. Disposer de mes propres ressources mes permet de mieux les maîtriser et aussi mieux les optimiser.

La livraison des fichiers se fait via CDN (Level 3). Tous les dipositifs que nous avons mis en place nous permettent de faire sereinement face à un doublement de notre traffic. C'est aussi pour optimiser les performances de la plateforme que je recrute aussi actuellement.

Combien de personnes composent votre équipe technique et qui cherchez-vous pour l'étoffer ?

Nous sommes 16 à la technique, dont deux graphistes. Cinq employés sont dédiés au développement pour les terminaux mobiles.

Je cherche actuellement des développeurs PHP et Javascript. Le site donne plus de précisions. Je veux cependant recruter des profils atypiques, pas trop scolaires. La compétence m'importe plus que les diplômes. Nous avons des développeurs jeunes, de moins de 25 ans, très talentueux, et autodidactes. Mais ce n'est pas si facile de trouver de bons développeurs innovants.

Daniel Marhely est le fondateur et le directeur général délégué de Deezer. En 2002, il décide de se concentrer exclusivement sur le développement web. Deux ans après, il est le co-créateur du site de rencontres Lovelee.com En 2006, il est le co-fondateur de la société Alyza Medias.  Il initie alors le projet Blogmusik.net, site d'écoute de musique, auquel il associe Jonathan Benassaya qu'il rencontre au même moment.  Ils décident de fermer Blogmusik pour négocier avec les ayants droits. Le 22 août 2007, un premier accord historique est signé avec les sociétés de droits d'auteurs. Blogmusik se refait une santé sous le nom de Deezer.com. Le premier site français d'écoute de musique gratuit et légal est né. Daniel Marhely a 26 ans. Il est autodidacte et a arrêté l'école à 16 ans pour se consacrer à sa passion pour Internet.

Annonces Google