Karine Picard (Oracle) "18 000 bases de données Oracle autonomes ont été provisionnées sur septembre à travers le monde"

La country manager France décrypte le niveau d'adoption du SaaS en France. Elle évoque aussi les premiers clients d'Oracle Autonomous Database dans l'Hexagone.

JDN. En tant que country manager France d'Oracle, vous êtes en prise directe avec la plupart des grands groupes français. Quel est leur degré de maturité en matière de SaaS ?

Karine Picard est country manager d’Oracle France et vice-présidente EMEA du développement business des applications. © Oracle

Karine Picard. Globalement, la France est désormais un marché mûr sur le sujet, et les grands groupes français le sont aussi. Quand le SaaS a émergé il y a une dizaine d'années, le SaaS était un choix réalisé au niveau départemental, que ce soit pour gérer les campagnes marketing, les ventes, les recrutements, les notes de frais... Cette mosaïque de solutions cloud est venue se greffer au-dessus des systèmes d'information historiques. Chez Oracle, nous avons rejoint cette première vague via plusieurs acquisitions d'acteurs SaaS : RightNow dans la gestion du CRM, Taleo dans la gestion des talents, Eloqua dans le marketing automation...

Nous avons ensuite vécu une seconde phase qui se traduit aujourd'hui par un cloud plus interconnecté. Cela nous a conduit chez Oracle à œuvrer à l'intégration et à la replateformisation de nos offres.

Quels types d'applications SaaS les grands groupes français déploient-ils en priorité ?

Ils s'orientent vers des stratégies de customer data platform. L'enjeu est évidemment d'aboutir à une expérience client personnalisée mais aussi similaire quel que soit le canal : service client, site web, boutiques physiques, réseaux sociaux, Whatsapp... In fine, l'objectif est de fédérer les données de profils et de parcours clients en vue de réaliser des recommandations de produits grâce à l'IA. En France, tous les groupes du Cac 40 ont lancé des projets sur ce terrain. Parmi les clients français d'Oracle engagés dans cette voie figurent par exemple Engie, Orange ou France Télévisions.

"En France, Axa, Engie ou Schneider Electric ont migré vers nos offres SaaS de gestion RH"

Avec l'émergence du cloud qui permet de bénéficier de front office client évoluant en permanence, ces grandes entreprises ont eu besoin en parallèle d'aligner l'expérience client sur l'expérience employé. Leurs équipes doivent plus que jamais être présentes au bon endroit et disposer de la bonne information au bon moment. D'où l'importance d'applications SaaS couvrant à la fois le pilotage de l'engagement des salariés, la gestion des compétences et des formations. En France, Axa, Engie ou Schneider Electric ont migré vers nos offres SaaS de gestion RH dans l'optique d'aligner ainsi leur marque employeur sur leur stratégie de transformation.

Qu'en est-il en matière de supply chain...

Sur la supply chain, les projets commencent juste. En France, 5% à 10% des entreprises ont pour l'heure digitalisé leur chaîne logistique. Pour répondre à ce défi, nous avons bâti une suite SaaS (incluant planification, approvisionnement, gestion de la fabrication, des commandes, du transport et des entrepôts, ndlr). Elle va jusqu'à la gestion de parc d'objets connectés.

...et de progiciel de gestion intégrée ?

Sur l'ERP, les grandes entreprises ont souvent investi des millions voire des milliards (dans des solutions on-premise, ndlr). En matière de gestion financière, on commence à observer un appétit des entreprises réalisant entre 300 et 800 millions de chiffre d'affaires, notamment françaises, pour le modèle cloud. Pour elles, l'objectif est à la fois de rationaliser l'ERP mais aussi de mieux supporter la croissance. Parmi nos clients, certains grands groupes français sont engagés dans cette voie. C'est le cas d'Auchan ou encore d'Orange (avec Oracle ERP Cloud notamment, ndlr). L'ensemble des groupes du Cac 40 étant historiquement clients chez nous, nous allons pouvoir accroître notre taux de pénétration vis-à-vis d'eux sur le segment du SaaS.

Avec NetSuite que vous avez acquis en 2016, vous ciblez également les PME ?

Cette offre SaaS (regroupant gestion financière, ERP, CRM et e-commerce, ndlr) nous permet de cibler en parallèle les entreprises réalisant un chiffre d'affaires sous la barre des 100 millions. En France, 30% des acteurs du Next 40 utilisent Oracle NetSuite. Elle leur donne une fondation applicative dans l'optique de développer leur projet et maitriser leur croissance.

Comment votre nouvelle base de données cloud Oracle Autonomous Database a-t-elle été accueillie en France ?

En recourant à l'IA, Oracle Autonomous Database permet d'automatiser la sécurité, le patching, et les tâches d'exploitation. Ce qui permet à la base de données d'afficher un taux de disponibilité de 99,995%. 

"30% des acteurs du Next 40 utilisent Oracle NetSuite"

Sachant que 50% des workloads tournent sous notre base de données historique Oracle Database, notre potentiel commercial avec ce nouveau produit est gigantesque. Pour vous donner une idée de son adoption, 18 000 bases de données Oracle autonomes ont été provisionnées sur septembre à travers le monde. Et en France, ce produit est par exemple utilisé par Schneider Electric ou encore Hertz.

Par ailleurs, Oracle Autonomous Database cible les entreprises de toutes tailles. Notez que nous proposons, via le programme Always Free, deux bases de données autonomes gratuitement, avec 20 Go de stockage pour tester et éprouver la technologie. Pour des besoins de cloud hybride ou de réversibilité, Autonomous Database peut aussi être rapatriée sur un cloud privé. Enfin, nous avons signé un accord avec Microsoft pour rendre le service interopérable avec le cloud de ce dernier.

Quelle est la stratégie d'Oracle dans l'IA ?

L'intelligence artificielle et le machine learning en particulier sont désormais présents à tous les étages de nos produits. D'abord, dans les applications SaaS par le biais de chatbots et d'assistants digitaux. Ensuite dans notre offre technologique via notamment Autonomous Database comme on l'a vu. Enfin, via notre plateforme de datascience qui permet aux entreprises de développer leurs propres algorithmes.

Karine Picard affiche 20 ans d'expérience dans le logiciel. Diplômée de l'école de commerce de Paris ESLSCA, elle débute sa carrière comme chef de projet chez Deloitte. Elle est ensuite successivement recrutée par Hyperion et Outlooksoft où elle se spécialise dans les processus de planification et de consolidation financière. En 2007, Karine Picard est nommée responsables des solutions de SAP centrées dans ce domaine. En 2008, elle rejoint Oracle comme responsable du développement des ventes EMEA. Elle gravit ensuite les échelons et devient vice-présidente EMEA du développement business des applications en 2017. En 2019, elle prend en plus la responsabilité de country manager France de l'éditeur.

"18 000 bases de données Oracle autonomes ont été provisionnées sur septembre à travers le monde"
"18 000 bases de données Oracle autonomes ont été provisionnées sur septembre à travers le monde"

JDN. En tant que country manager France d'Oracle, vous êtes en prise directe avec la plupart des grands groupes français. Quel est leur degré de maturité en matière de SaaS ? Karine Picard est country manager d’Oracle France et vice-présidente...