Les SSII en ordre de bataille pour lutter contre la grippe A La vie au travail chamboulée

La situation de crise due à la pandémie grippale implique une remise en question de nombreux processus organisationnels et de travail. Au premier rang duquel un suivi de l'absentéisme qui implique une forte réactivité de la part des services des ressources humaines. Ceci, afin de limiter et anticiper une dégradation de la productivité.

Pour assurer un maximum de réactivité en cas d'absence de collaborateurs et procéder à des remplacements d'urgence, certaines SSII envisagent d'ailleurs d'instaurer des règles très strictes.

"Le collaborateur en mission chez un client qui ne pourra pas être là dès le matin devra déclarer son absence à son manager avant son arrivée au travail, qui sera ensuite remontée avant 10 heures au service RH de façon à permettre un remplacement et une prise de poste à 11 heures chez le client concerné", détaille Eric de Bernouis.

"Nous aurons certainement davantage à gérer la sous-activité de nos équipes plutôt que leur sur-activité" (Bertrand Ducurtil - P-DG de Neurones)

Conscientes de cette remise en cause organisationnelle profonde, les SSII sont loin de toutes miser sur un seul et unique scénario de crise. Alors que certaines, à l'image de Telindus, souhaite mobiliser des compétences issues d'autres services pour tendre vers une disponibilité d'effectif idéale de 100%, d'autres, comme Neurones pensent agir autrement.

"Nous ne pensons pas avoir à effectuer de remplacements à chaud de nos équipes car en cas de pandémie, tout le monde sera touché, y compris nos clients. Nous aurons certainement davantage à gérer la sous-activité de nos équipes plutôt qu'une sur-activité", estime de son côté Bertrand Ducurtil.

La réorganisation de la vie au travail devrait également concerner les relations quotidiennes qu'entretiennent les individus entre eux. Certaines mesures envisagées étant même destructrices de lien social.

"Afin d'éviter la contagion, des mesures radicales seront prises comme la fermeture de lieux de réunion collectifs tels que les coins fumeurs ou un coup d'arrêt aux regroupements devant les machines à café sachant que la consigne de salut à distance devra être respectée. Tout comme l'interdiction de voyage à l'étranger et la limitation des voyages sur le territoire", prévient Eric de Bernouis.

Et le référant santé chez Telindus de poursuivre : "les collaborateurs craignent que la grippe A ait une incidence directe sur leur vie au travail. Par exemple, en cas de fermetures d'écoles pour une durée indéterminée, les parents d'enfants sont inquiets et se posent des questions sur leur garde. Mais nous avons prévus à cet effet d'étendre le télétravail depuis le domicile des collaborateurs concernés".

SSII