La vie privée avant tout

Si les internautes français interrogés par l'Epitech ont conscience des risques sur Internet, ils ne sont pas pour autant prêts à accepter plus de sécurité contre un affaiblissement du droit individuel à la vie privée. 79,9% pensent de plus que les nouvelles technologies permettent un fichage automatisé et généralisé de la population.

Certainement échaudés par la poussée sécuritaire consécutive aux attentats du 11 septembre 2001, les internautes semblent se méfier de nouvelles ingérences au nom de la sécurité nationale. Ils sont ainsi 78,66% à juger inacceptable qu'un Etat, arguant de la sécurité collective, accède à leurs échanges électroniques.  

Suggestions de contenus