Le numérique donne un nouveau souffle à l’industrie nautique

L’industrie nautique doit elle aussi s’appuyer sur les nouvelles technologies pour se moderniser et offrir une expérience navigateur de grande qualité.

Avec ses 8 500 km de voies d’eau navigables, la France est le leader européen de la construction de bateaux de plaisance et le deuxième acteur mondial. Toutefois, le secteur, majoritairement – et historiquement – composé de petites entreprises à une ou deux exceptions près, a longtemps privilégié une approche artisanale dans la conception des bateaux. Mais peu à peu, de nouveaux acteurs innovants ont fait leur apparition, bouleversant les codes du nautisme et amenant les principaux constructeurs à s’adapter pour être plus en phase avec les attentes du marché.

Le besoin utilisateur, moteur de transformation

En effet, près de 75 % des embarcations aujourd’hui sont des bateaux à moteur. Si les voiliers continuent de faire rêver, le nautisme a évolué. Partir à l’aventure, oui, mais de manière aisée et sécurisée ! Désormais, les navigateurs sont en quête de simplicité poussant alors les constructeurs à mettre davantage l’accent sur l’accessibilité et l’aide à la navigation dans les situations complexes : gestion du vent, mer agitée, manœuvres au port… Les professionnels du marché se sont alors intéressés aux nouvelles technologies pour accompagner les skippers, notamment les plus novices, et rendre leur expérience de navigation plus fluide et plus agréable.

Tendre vers une offre de services

Mais si ces innovations ont donné un nouvel élan à l’industrie nautique, elles en ont aussi changé la nature. Location, boat club (nouveau concept entre l’achat et la location de bateau), dynamique du marché d’occasion… Le nautisme se consomme aujourd’hui différemment, dans la mouvance des tendances sociétales nées avec le numérique. À l’image de certains services en ligne d’autopartage ou de covoiturage par exemple, le navigateur attend lui aussi de disposer d’un niveau de service identique pour l’accompagner avant, pendant et après la navigation : maintenance, contrôle technique, système de géolocalisation et d’assistance à la navigation, prévisions météo fiables, port connecté pour transmettre les places disponibles en temps réel…

Voilà le principal défi du nautisme : créer une offre de services associés pour assister le plaisancier dans l’organisation et dans la réalisation de sa navigation. Or l’offre actuelle reste encore particulièrement limitée et les outils vétustes à l’image des outils de navigation essentiels pour créer une expérience satisfaisante mais qui tardent à évoluer. Les guides de voyages toujours au format papier, souvent obsolètes et pauvres en contenus, et parfois rédigés en langue étrangère rendent ainsi la navigation plus compliquée et moins agréable. De même, le GPS du bateau est rarement simple d’utilisation, notamment pour les plaisanciers non aguerris.

En dehors de la navigation elle-même, c’est toute la chaîne de services associés au nautisme qui doit être repensée et modernisée. Où et comment trouver une place dans un port ? Comment s’assurer du bon état du bateau lorsque celui-ci n’est pas utilisé pendant plusieurs mois ? Quelles sont les zones de mouillage autorisées tout au long de sa croisière ? Comment se ravitailler facilement lors d’une escale ? Etc. Autant de questions pour lesquelles les plaisanciers attendent des réponses… qu’il reste aujourd’hui encore difficile de leur fournir simplement et rapidement.

Créer une expérience navigateur

C’est pourquoi le nautisme ne doit pas faire exception aux mouvements engagés dans les autres secteurs du tourisme. Il doit lui aussi se moderniser et proposer un niveau de services de haute qualité. En ce sens, les nouvelles technologies font tomber les barrières et permettent d’appréhender la navigation autrement à travers une expérience plus simple et plus sécurisée. Une approche technologique déjà testée au sein de quelques bateaux connectés mais qui reste aujourd’hui encore trop peu développée.

Demain, les bateaux doivent donc devenir véritablement intelligents pour favoriser une navigation prédictive avec des données météo ultra précises, une gestion automatique des voiles, des objets connectés capables de vérifier l’état de l’embarcation et de prévenir les pannes… Plus le bateau sera équipé de services de pointe, plus l’expérience associée sera de qualité, gage de satisfaction pour le plaisancier. Pour l’industrie nautique, c’est la condition sine qua non pour renouveler sa clientèle et maintenir son activité à flot.

Le numérique donne un nouveau souffle à l’industrie nautique
Le numérique donne un nouveau souffle à l’industrie nautique

Avec ses 8 500 km de voies d’eau navigables, la France est le leader européen de la construction de bateaux de plaisance et le deuxième acteur mondial. Toutefois, le secteur, majoritairement – et historiquement – composé de petites entreprises à...