L’instabilité en vue du côté de JRuby : une opportunité de plus pour Groovy & Grail

Le départ de chez Sun des principaux développeurs soutenant JRuby ouvre une fenêtre d’instabilité autour du projet, et fait planer le risque de fork. Il est très probable que Grails et Groovy puissent en profiter pour étendre leur communauté.

Il semble que la chance sourit encore à Groovy & Grails.

Après le support total de SpringSource, allant jusqu'à l'acquisition de G2One (éditeur de Groovy & Grails) par ce dernier, voilà qu'une tempête se profile du côté de son principal concurrent dans le monde Java, le fameux JRuby.

L'information date la fin du mois de juillet : les principaux développeurs derrière le projet JRuby ont quitté Sun pour rejoindre la société Engine Yard spécialisée en hébergement Ruby on Rails. Un acteur qui se présente comme l'un des plus importants au sein de l'écosystème Ruby on Rails.

Les transfuges ont prétexté de l'incertitude planant autour du sort du projet JRuby, suite à l'acquisition de Sun par Oracle. Le plus difficile pour un développeur c'est en effet l'absence de décision : "supporte" ou "ne supporte pas". Or, Oracle excelle dans l'art de cacher ses intentions... "après tout, on décidera dans quelques mois, lorsqu'on aura ouvert tous les cartons de Sun..."

Rappelons que Grails suit le chemin tracé par Rails & Rubby selon le précepte : "coding by convention", mais en se basant sur Groovy, le langage dynamique de référence du monde Java. En privilégiant le concept de "Convention Over Configuration", Grails cherche à simplifier le développement des applications Web.

De plus, la capacité d'héberger Grails & Groovy sur le Google AppEngine, ouvre de nouvelles perspectives, et met en danger les hébergeurs Web en générale et Engine Yard en particulier.

Mais, souhaitons que le projet JRuby puisse continuer à avancer. La concurrence stimule, et la compétition génère de l'innovation. Et surtout espérerons que la prochaine version de JRuby (1.4) soit livrée en septembre, comme prévue.

Finalement, ne pas oublier que la concurrence réelle pour Grails reste l'écosystème Ruby on Rails : le monde Java a maintenant de bonnes réponses à Ruby en Groovy, Scala, et Clojure, et de bonnes réponses à Rails dans Grails...

Autour du même sujet