Microsoft veut booster l'adoption de Linux sur Azure

Alors que 20% des instances Azure embarquent déjà Linux, Microsoft vient de livrer un outil pour faciliter la migration des serveurs internes tournant sous l'OS open source vers son cloud.

"Microsoft love Linux" : c'est la phrase historique lâchée en octobre dernier par le PDG de Microsoft Satya Nadella lors d'une conférence de presse exceptionnelle. Le patron du groupe avait précisé pour l'occasion que 20% des instances créées sur Azure embarquaient Linux. Un taux de pénétration qui, selon nos informations, serait beaucoup plus important pour les instances Azure créées depuis la France. Il atteindrait en effet 30% pour l'Hexagone.

Ce 13 janvier, Microsoft fait un nouveau pas vers l'OS open source : l'outil officiel de migration de systèmes vers Azure (jusqu'ici limité à Windows Server) s'étend aux serveurs Linux. Cette solution, baptisée Migration Accelerator (MA), permet ainsi désormais de basculer un serveur Linux, qu'il soit basé sur une machine physique ou une machine virtuelle (VMware ou Hyper-V), vers le cloud de Microsoft. Notons qu'elle gère aussi la reprise des serveurs Linux reposant sur une instance Amazon Web Services.

Pour l'heure, deux distributions Linux sont prises en charge : Cent OS (6.4 et 6.5) et Oracle Linux (6.4 et 6.5). La liste des configurations et types de système de fichiers supportés est précisée sur le blog d'Azure.

Serveurs / Microsoft